Macron en Chine: Eco, climat et Corée du Nord au programme de la visite d'Etat du président

INTERNATIONAL Le président Emmanuel Macron sera en Chine du 8 au 10 janvier...

Laure Cometti

— 

Emmanuel Macron et Xi Jinping à Hambourg, le 8 juillet 2017.
Emmanuel Macron et Xi Jinping à Hambourg, le 8 juillet 2017. — Jacques Witt/SIPA
  • Emmanuel Macron effectue sa première visite d’Etat en Chine.
  • Il est accompagné de son épouse, très populaire dans le pays.
  • Ce déplacement sera l’occasion de signer quelques contrats mais aussi de parfaire son image de leader européen et meneur de la lutte contre le réchauffement climatique.

Emmanuel Macron décollera dimanche pour la Chine où il effectuera une visite d’Etat, sa première en Asie depuis son élection. Lors de ce déplacement de trois jours, le président devrait signer « une cinquantaine » d’accords économiques et culturels et conclure un « partenariat stratégique sur le climat », mais aussi « nouer une relation personnelle » avec son homologue Xi Jinping, prévoit l’Elysée.

>> A lire aussi : Qui est donc le président Xi Jinping, devenu l'égal de Mao?

Qui accompagne Emmanuel Macron ?

Brigitte Macron est du voyage, accompagnée son directeur de cabinet et de son chef de cabinet. La Première dame française « a reçu beaucoup de demandes d’interviews de médias chinois », signe des « fortes attentes » suscitées par sa venue, note la présidence.

Cinq ministres et des parlementaires (dont le député mathématicien Cédric Villani) accompagnent le président, ainsi que Laurent Fabius et Jean-Pierre Raffarin, « pour leur connaissance de la Chine », précise le Château. Signe que l’Elysée veut continuer à doper l’export de la culture française, des directeurs de musées et des artistes viennent également. Une cinquantaine de patrons, dont ceux d’Airbus, Safran, Dassault, Auchan et Sodexo, complètent cette délégation.

Quel est le programme ?

Le voyage débutera lundi à Xi’an, « un symbole important car c’est le berceau de la civilisation chinoise, le point de départ des anciennes routes de la soie », souligne l’Elysée. Emmanuel Macron y visitera la célèbre armée enterrée de l’empereur Qinshi Huangdi avant de prononcer un discours sur l’avenir des relations franco-chinoises. C'est aussi le jour où la traduction chinoise de Révolution, l'essai du fondateur d'En marche, paraît en Chine.

Puis il sera à Pékin mardi et mercredi. Il se rendra à la Cité interdite et à l’Academie des sciences spatiales et participera à des réunions de travail avec son homologue.

Quels sont les objectifs de Paris ?

Rééquilibrer les échanges commerciaux. L’économie est l’un des enjeux majeurs de cette visite pour Paris, qui espère « rééquilibrer » les échanges avec la Chine, qui représente le plus important déficit commercial extérieur de la France, à hauteur de 30 milliards d’euros. L’Elysée souhaite que le marché chinois s’ouvre à la viande bovine française, que les charges administratives sur les vins et spiritueux soient allégées et l’embargo sur la volaille levé.

Plusieurs contrats devraient être signés : des ventes d’Airbus et de moteurs Safran, un accord dans le nucléaire où Areva négocie la construction d’une usine de retraitement des déchets radioactifs, mais aussi dans l’économie du vieillissement, avec des constructions de maisons de retraite, l’intelligence artificielle et les villes durables.​

S'affirmer comme leader européen. Emmanuel Macron sera « le premier dirigeant européen à se rendre en Chine depuis le 19e congrès du Parti communiste chinois », souligne l’Elysée. Dans la perspective de de « refondation de l’UE » que le président espère mener, le timing de cette visite est opportun. « Les Allemands sont un peu coincés actuellement par leurs problèmes intérieurs, et donc la France peut apparaître, comme au temps de Georges Pompidou, comme la puissance européenne », affirme à FranceInfo le sinologue Jean-Luc Domenach.

Quels sujets seront abordés ?

La crise nord-coréenne sera bien sûr au menu. Lors de ses vœux diplomatiques jeudi, Emmanuel Macron a déclaré que la Chine peut jouer un « rôle tout particulier » dans la pacification des relations avec la Corée du Nord.

La lutte contre le réchauffement climatique sera aussi au cœur de cette visite d’Etat. « La Chine joue de fait un rôle fort depuis le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris », insiste l’Elysée. Emmanuel Macron veut donc nouer un partenariat écologique stratégique avec le premier pays producteur de CO2 au monde, avec 11 milliards de tonnes émises en 2015.

Le chef de l’Etat sollicite aussi le soutien de la Chine, qui investit massivement sur le continent africain, à la force antidjihadiste G5-Sahel.

Les droits de l'Homme seront évoqués, mais pas publiquement, assure la présidence. Emmanuel Macron, qui souhaite « aller à la rencontre des Chinois et pas seulement des autorités », devrait aussi s’entretenir avec des artistes locaux.

>> A lire aussi : Comment la Chine s’enfonce toujours plus dans la censure internet