VIDEO. Suppression de l’ISF : Muriel Pénicaud va investir ses gains dans un fonds « qui soutient l’économie sociale et solidaire »

FISC La ministre devrait économiser 62.000 euros cette année…

20 Minutes avec AFP

— 

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, photographiée le 20 décembre à l'Elysée.
Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, photographiée le 20 décembre à l'Elysée. — SIPA

Elle a décidé de couper court à la polémique. La ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui va bénéficier de la suppression de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), a affirmé ce jeudi sur France Inter​ qu’elle allait investir l’argent qu’elle économisera « dans un fonds qui soutient l’économie sociale et solidaire ».

>> A lire aussi : Business France épinglé par l'inspection du travail, quand Muriel Pénicaud, actuelle ministre du Travail était présidente

Un auditeur de la chaîne de radio publique, retraité, comparait les « 620 euros » qu’il allait perdre cette année du fait de la hausse de la CSG et les « 62.000 euros » d’ISF que ne va plus payer la ministre selon des informations de Libération.

C’est « la logique de cette réforme »

« J’ai payé 49.000 euros d’ISF l’année dernière (…), cette même somme je vais l’investir dans des entreprises à travers un fond qui soutient l’économie sociale et solidaire, qui permet à des entreprises, à des associations, de créer des emplois », s’est ainsi défendue la ministre.

Expliquant que c’était « la logique de cette réforme », Muriel Pénicaud s’est ensuite défendue d’avoir bien gagné sa vie. Elle assure qu’elle utilise « aussi cet argent pour d’autre chose » : « Je fais du mécénat avec des jeunes artistes engagés sur le plan social. » Invitée à dire si elle était choquée que le quotidien Libération se soit penché sur l’ISF des membres du gouvernement [elle est la plus grande bénéficiaire de la réforme], elle a répondu que « non ».

« Des revenus qui sont relatifs et qui sont corrélés à ces responsabilités »

Sur un autre média ce jeudi matin, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a estimé que Muriel Pénicaud avait eu « une carrière très longue dans le privé, elle a occupé des postes à responsabilité dans de très grands groupes. Elle a donc eu des revenus qui sont relatifs et qui sont corrélés à ces responsabilités ».

>> A lire aussi : Soupçons de favoritisme: Pourquoi Muriel Pénicaud n’en a pas fini avec l’affaire «Business France»

Il a en outre aussi rappelé sur RMC/BFMTV la philosophie de la réforme : encourager les épargnants aisés à investir « dans l’économie française par des véhicules qui sont des produits d’épargne, qui permettent de réinvestir votre argent dans l’économie française, dans des emplois en France, dans l’appareil productif et donc dans la croissance ».