Pour Macron, le mise en place de la force G5-Sahel «n'est pas un sujet d'argent, mais de rapidité opérationnelle»

DEPLOIEMENT La force du G5 Sahel doit monter en puissance pour atteindre au moins 5.000 hommes d'ici au printemps 2018... 

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron sur la base française de Niamey au Niger, le 22 décembre 2017.
Emmanuel Macron sur la base française de Niamey au Niger, le 22 décembre 2017. — ludovic MARIN / AFP

Le président français Emmanuel Macron a souligné samedi à Niamey que la mise en place de la force G5-Sahel ((Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger, Mauritanie) soutenue par la France, était plus un problème opérationnel que d’argent. « Ce n’est pas un sujet d’argent, c’est un sujet de rapidité opérationnelle », a-t-il dit.

« Le cœur de ce que nous avons besoin, c’est de clarifier les règles de commandement et les éléments opérationnels sur le terrrain (…) ce sont les relations bilatérales, les éléments de mise à disposition des bataillons et des forces de chaque armée… et c’est s’assurer que le chef d’état-major (…) puisse disposer des forces qui correspondent aux engagements pris ».

>> A lire aussi : G5 au Sahel: Emmanuel Macron présent au Mali pour la création d'une force antidjihadiste

« Ce n’est aujourd’hui, pour des raisons juridiques opérationnelles, pas le cas », a souligné le président Macron, assurant toutefois être « tout à fait confiant dans notre capacité à la mettre en œuvre dans les prochaines semaines ». « Il y aura ensuite des opérations, qui seront conduites dès les premiers mois de 2018 en lien avec (l'opération française) Barkhane».

Le problème du financement réglé

La force du G5 Sahel, composée de soldats de cinq pays de la région, a effectué une première opération « exploratoire » en novembre mais doit monter en puissance pour atteindre au moins 5.000 hommes d’ici au printemps 2018. Son financement posait problème, mais l'Europe va apporter 50 millions d’euros alors que le président Macron a rappelé que l’Arabie Saoudite allait contribuer à hauteur de 100 millions d’euros et les Emirats Arabes Unis de 30 millions.

>> A lire aussi : Force anti-djihadistes au Sahel : Paris et Washington sont parvenues à un accord

Les groupes djihadistes, dispersés lors de l’intervention française Serval en 2013, ont retrouvé un nouveau souffle malgré la présence de 12.000 Casques bleus (Minusma) et de la force française Barkhane, qui compte 4.000 hommes dans la région. Multipliant les attaques meurtrières contre ces forces et l’armée malienne, ils ont étendu en 2017 leurs actions dans le centre et dans le sud du Mali, à la frontière avec le Niger et le Burkina Faso, qui sont aussi régulièrement touchés.