Après la polémique sur le Tokyo-Paris de Philippe, le projet du «Air force one» français gelé

DEPLACEMENTS « La Tribune » a annoncé qu’Emmanuel Macron souhaitait acquérir un Airbus A319neo « d’une valeur estimée entre 130 à 150 millions d’euros », financé sur le budget des armées..

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron et l'avion présidentiel

Emmanuel Macron et l'avion présidentiel — LUDOVIC MARIN-POOL/SIPA

Emmanuel Macron ne voyagera pas à bord d’un « Air Force one » à la française. La présidence a indiqué ce jeudi que le projet d’achat d’un Airbus A319neo était « en stand-by ».

>> A lire aussi : Le retour en avion d’Edouard Philippe est-il vraiment scandaleux?

« Il a été lancé le mois dernier une étude approfondie des coûts et des conditions de déplacement du président de la République et du gouvernement, en s’appuyant sur l’expérience des six premiers mois », a indiqué l’Elysée.

Le Tokyo-Paris gate a changé la donne

« Cette étude va durer plusieurs semaines et à l’issue de ce travail toutes les solutions seront passées au crible pour améliorer les déplacements », a-t-on précisé de même source. Jeudi, le quotidien La Tribune avait annoncé qu’Emmanuel Macron souhaitait acquérir un Airbus A319neo « d’une valeur estimée entre 130 à 150 millions d’euros », financé sur le budget des armées.

Mais ce projet aurait été subitement freiné par la polémique entourant le recours à un vol privé à 350.000 euros entre Tokyo et Paris pour ramener le Premier ministre Edouard Philippe et la délégation qui l’accompagnait en Nouvelle-Calédonie.

>> A lire aussi : Edouard Philippe «assume complètement» le recours à un avion privé

« Nous confirmons qu’il existait un projet d’achat de cet Airbus lors du précédent quinquennat », a déclaré l’Elysée. « Ce projet est en stand-by depuis. Le président et le gouvernement souhaitent avoir toutes les données issues de l’étude afin d’éclairer leur choix », a ajouté la même source.