Des députés LREM craignent «un nombre de divorces sans précédent» à cause de leur rythme de travail

ASSEMBLEE NATIONALE Certains élus de la majorité se plaignent de problèmes relationnels dans leur vie privée à cause de leur emploi du temps trop chargé…

H. B.

— 

Plusieurs députés LREM à l'Assemblée nationale.

Plusieurs députés LREM à l'Assemblée nationale. — PDN/SIPA

Rien ne va plus chez les députés LREM… Après une députée qui s’était plainte de manger trop de pâtes à cause d’une baisse de sa rémunération, certains élus de la majorité se plaignent aujourd’hui de problèmes relationnels dans leur vie privée.

L’intensité du rythme de travail imposé aux députés de la République en marche (LREM) créerait de fortes tensions dans la vie privée des élus, rapporte ce mercredi L'Opinion. « On est parti pour un nombre de divorces sans précédent », a déclaré le député LREM des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert.

« À Noël, il va y avoir beaucoup d’ultimatums familiaux »

Les députés de la majorité issus de province seraient les plus touchés. « Je demande des sacrifices à mon entourage. Les vacances familiales de la Toussaint, c’était sans moi. Et à Noël, j’ai encore la tête dans le budget », raconte le député LREM de l’Isère Olivier Véran.

>> A lire aussi : Indemnisée 5.000 euros par mois, une députée LREM «mange pas mal de pâtes»

« À Noël, il va y avoir beaucoup d’ultimatums familiaux, genre "si tu y retournes, je te quitte". On va avoir des surprises en janvier. Il y a un conflit entre la vie familiale et la politique telle qu’elle est conçue aujourd’hui », témoigne également le député LREM de Villeurbanne Bruno Bonnell.

L’emploi du temps chargé et les horaires tardifs des séances à l’Assemblée nationale avaient déjà été pointés du doigt il y a quelques semaines par la députée LREM Amélie de Montchalin qui se plaignait des frais de baby-sitting imposés par les séances de nuit pour débattre du budget 2018.