Thierry Solère n'est plus questeur de l'Assemblée

DEMISSION Sa démission sera effective le 16 janvier...

20 Minutes avec AFP

— 

Thierry Solère lors d'un déjeuner des coordinateurs de campagne a la primaire de la droite, à Boulogne en mai 2017.
Thierry Solère lors d'un déjeuner des coordinateurs de campagne a la primaire de la droite, à Boulogne en mai 2017. — Yann Bohac/SIPA

Thierry Solère n’est plus questeur de l’Assemblée nationale. Le député des Hauts-de-Seine, ancien « Constructif » -et ex-LR-, désormais LREM, a envoyé sa démission et sera remplacé à ce poste le 16 janvier, a-t-on appris ce mardi auprès de la présidence de l’Assemblée.

Pressé de toutes parts depuis son adhésion au mouvement présidentiel de La République en marche, l’élu avait finalement annoncé le 28 novembre qu’il quitterait ses fonctions de questeur « dès la fin de cette année ».

La lettre a été reçue, et sa démission sera « effective au 16 janvier », selon la présidence.

>> A lire aussi : Pourquoi, le cas du questeur Thierry Solère, rallié à LREM, fait polémique

Eric Ciotti candidat de LR pour la questure

« Le 16 janvier, on aura normalement bien l’élection du questeur. Je m’étais inquiété qu’hier soir, la démission de M. Solère n’était pas encore arrivée (…) J’ai cru comprendre que dans la nuit, elle serait arrivée », a déclaré devant la presse le chef de file des députés LR, Christian Jacob.

Le candidat de LR pour la questure est Eric Ciotti. Si d’autres députés se présentent, une élection aura lieu le 16 janvier, comme ce fut le cas en juin dernier, sinon le nom du nouveau questeur sera directement proclamé dans l’hémicycle, a-t-il été précisé mardi matin en conférence des présidents de l’Assemblée, selon une source parlementaire.

Thierry Solère avait annoncé fin novembre qu’il quitterait ses fonctions de questeur « dès la fin de cette année, pour permettre dès le début de l’année 2018, sans attendre le mois d’octobre, que l’opposition puisse être représentée au sein de la questure ».

Un des trois postes de questeur, chargé d’administrer et de gérer les finances de l’Assemblée, était traditionnellement dévolu au principal groupe d’opposition. L’adhésion de Thierry Solère à LREM, en compagnie des ministres Gérald Darmanin​ et Sébastien Lecornu, laissait la questure aux mains du parti présidentiel auquel appartiennent les deux autres questeurs, Florian Bachelier et Laurianne Rossi.