Au congrès du MoDem, Bayrou donne des gages de loyauté à la macronie triomphante

PARTI Le président du MoDem a vanté la « complémentarité » entre son parti et LREM…

H. B. avec AFP

— 

François Bayrou, le 22 février 2017.
François Bayrou, le 22 février 2017. — Christophe Ena/AP/SIPA

Il souhaite « défendre l’unité de la majorité ». François Bayrou, qui accueillait samedi au congrès du MoDem Édouard Philippe et cinq autres membres du gouvernement, entend se placer au cœur de la majorité, tout en cultivant sa singularité face à l’hégémonique République en marche.

« Nous, nous avons nos atouts : un héritage, nous savons d’où nous venons. Et nous avons une structure », a rappelé François Bayrou en ouverture de la grand-messe organisée dans un hôtel parisien, soulignant, en creux, la jeunesse et la faiblesse du maillage du parti présidentiel dans les territoires. Une « complémentarité » entre LREM et le MoDem, résume-t-il, en exhortant à ce « que se bâtisse une organisation qui permettra de préparer les futures échéances » entre les deux formations, dont la forme reste à définir.

« Une majorité forte, équilibrée, diverse politiquement »

Ephémère Garde des Sceaux, François Bayrou ne cesse de « défendre l’unité de la majorité » et de donner des gages de loyauté au gouvernement et au président de la République, dont il loue régulièrement les qualités humaines et politiques.

>> A lire aussi : Mais au fait, à quoi servent François Bayrou et son parti au sein de la majorité?

Samedi, la crème de la macronie invitée à s’exprimer lui en a su gré. Le Premier ministre, Édouard Philippe​, a vanté « une majorité forte, équilibrée, diverse politiquement et très fortement animée par une force aimantée », en reconnaissant au Mouvement démocrate d’être « un partenaire exigeant en privé et solidaire en public » - « ce qui est préférable à l’inverse », a-t-il plaisanté.

Le MoDem entend également faire entendre sa propre partition

Plus tôt, c’est le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, qui a exprimé ses « remerciements » à François Bayrou pour son ralliement à Emmanuel Macron, un « acte d’une élégance extrêmement rare et de courage décisif ».

Mais le congrès du MoDem entend également faire entendre la propre partition du mouvement centriste, face à un parti présidentiel réputé peu partageur. « C’est un congrès de travail », a insisté l’ex-Garde des Sceaux, alors que son discours de clôture doit avoir lieu ce dimanche matin.