L'ex-secrétaire d'Etat Nora Berra quitte le navire LR, en désaccord avec le «projet de fermeture» de Wauquiez

DEPART Nora Berra a des divergences avec la ligne du parti depuis la présidentielle...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 9 mai 2012, Nora Berra à la sortie du dernier conseil des ministres du gouvernement Fillon à l’Élysée.
Le 9 mai 2012, Nora Berra à la sortie du dernier conseil des ministres du gouvernement Fillon à l’Élysée. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Les départs s’enchaînent dans les rangs des Républicains après l’élection de Laurent Wauquiez à leur tête dimanche. Après l’abandon de Xavier Bertrand lundi, c’est au tour de Nora Berra d’annoncer à l’AFP ce mercredi qu’elle partait. L’ancienne secrétaire d’Etat à la Santé est en désaccord avec le « projet de fermeture » de son nouveau président Laurent Wauquiez dans lequel « l’outrance » a pris le pas sur la droite « sociale et humaniste ».

>> A lire aussi : Les Républicains: «Ce n'est pas acceptable»... Wauquiez fustige la décision de Xavier Bertrand de quitter le parti

« Je quitte Les Républicains après une réflexion sur ce que devient ce parti ». « Non pas qu’une droite qui s’assume me dérange. Sarkozy avait assumé cette droite. Mais (avec Laurent Wauquiez) la différence est énorme », a déclaré Nora Berra, ancienne secrétaire d’Etat chargée des Aînés (2009-2010), puis de la Santé (2010-2012) avec comme ministre de tutelle Xavier Bertrand.

« Un projet de fermeture »

Membre du bureau politique du parti, Nora Berra n’a pas voté dimanche lors de l’élection interne. « Je ne pouvais pas cautionner ce processus », notamment « l’absence de débats » avec les autres candidats, Florence Portelli et Maël de Calan. Elle explique avoir été « très mal à l’aise avec la consigne du ni-ni lors de l’élection présidentielle ». « Ne pas donner une consigne claire et franche en faveur d’ Emmanuel Macron, c’était quelque part tolérer, accepter l’idée que le Front national ait une chance d’accéder au pouvoir ».

>> A lire aussi : Essonne: Le secrétaire départemental LR démissionne après l'élection de Laurent Wauquiez

« Le projet porté par Laurent Wauquiez est pour moi un projet de fermeture, une ligne où l’outrance a pris le pas sur la droite sociale et humaniste que je compte encore défendre. C’est une droite droitisée, dénuée d’équilibre, dans l’outrance sur les questions d’immigration et d’identité, avec de la critique permanente, une critique sans mesure », a-t-elle encore ajouté

Conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes sur les listes de Wauquiez

L’ancienne secrétaire d’Etat a pourtant été élue en 2015 conseillère régionale d’Auvergne-Rhône-Alpes sur les listes conduites par Laurent Wauquiez. « A ce moment-là, le parti était tenu par une équipe dirigeante respectant les diverses sensibilités », « il y avait un équilibre », se justifie-t-elle aujourd’hui. « La majorité du Conseil régional, c’est une majorité LR-divers droite-apparentée. Je vais voir, je ne me suis pas encore projetée. Pour le moment, ma décision est là », a-t-elle dit.

>> A lire aussi : Xavier Bertrand quitte LR : «Il est le bienvenu» chez LREM assure Christophe Castaner

Les réactions de l’entourage du nouveau président LR ne se sont pas fait attendre. « Elue en 2015 sur liste Wauquiez pour toucher des indemnités, et maintenant choquée par la ligne qu’il incarnerait. Cette droite sans valeurs appartient au passé », a-t-il sèchement répondu mercredi soir.