Indemnisée 5.000 euros par mois, une députée LREM «mange pas mal de pâtes»

ARGENT Cette députée a été contrainte de changer radicalement son mode de vie après la baisse de son salaire de 8.000 à 5.000 euros…

20 Minutes avec agence

— 

Assemblée nationale (illustration).
Assemblée nationale (illustration). — NICOLAS MESSYASZ / SIPA

Anciennement chef d’entreprise, une députée La République en marche (LREM) a vu son salaire baisser lorsqu’elle est entrée dans l’hémicycle. Ses revenus sont passés de 8.000 euros à 5.000 euros, ce qu’elle déplore.

Au quotidien L'Opinion, elle a regretté de devoir bousculer son train de vie et plus particulièrement son alimentation. « Je vais moins souvent au restaurant, je mange pas mal de pâtes, j’ai ressorti des vêtements de la cave et je vais devoir déménager », a-t-elle déclaré.

« Je ne vais pas me plaindre »

Comme cette élue, dont l’identité n’a pas été dévoilée, ils sont nombreux à avoir dû changer leurs habitudes d’après leurs propos. « Je n’ai jamais autant bossé pour si peu », assure une autre députée.

D’autres parlementaires ont toutefois reconnu que leurs revenus leur permettaient de vivre confortablement. « Je ne vais pas me plaindre de gagner 5.000 euros par mois », a ainsi soutenu un député LREM, rejoint par l’un de ses pairs qui reconnaît que, « face à une aide soignante, on sait qu’on ne peut pas dire ça ».

>> A lire aussi : Aisne: Faute de réserve parlementaire, un député mettra de sa poche

Les indemnités des députés bientôt contrôlées

A partir du 1er janvier 2018, les députés seront soumis à un contrôle de leur enveloppe consacrée à l’indemnité représentative des frais de mandats, dont le montant s’élève à 5.372 euros net par mois.

En France, le salaire moyen s’élève lui à 2.225 euros net et le salaire médian à 1.797 euros.

>> A lire aussi : Faut-il augmenter la rémunération des parlementaires français pour éviter la corruption?