VIDEO. A l'Assemblée nationale, Marine Le Pen mélange ses notes en défendant un texte

FLOTTEMENT « Décidément, on va y arriver », s’est amusé la cheffe de file frontiste…

C. Ape.
— 
Marine Le Pen à l'Assemblée nationale
Marine Le Pen à l'Assemblée nationale — Jacques Witt / Sipa/SIPA

« Attendez, je me suis perdue dans mes articles là… » Lundi, à l’Assemblée nationale, la députée frontiste Marine Le Pen s’est quelque peu emmêlé les pinceaux au moment de défendre un amendement.

« Les contrats légalement formés tiennent lieu de lois à ceux qui les ont faits. C’est un principe fondateur de notre droit des contrats qui risque, à notre avis, d’être mis à mal par la présente réforme que vous nous demandez d’adopter », a commencé l’élue du Pas-de-Calais. Elle poursuit avant de s’interrompre : « la jurisprudence n’a jamais reconnu jusqu’à présent l’obligation pour les parties ou pour le juge de réviser le contrat en cas de…. Pardon ? »

Moment de flottement à l'Assemblée 

La présidente de séance, Carole Bureau-Bonnard coupe alors la cheffe de file frontiste, qui n’est visiblement pas en possession des bons documents. « Vous avez l’amendement numéro 12 ? (…) Ça ne doit pas être celui que vous présentez. »

Reconnaissant son erreur dans un sourire, Marine Le Pen finit par remettre la main sur le bon document. « Ah bah non mais ça, ah oui, c’est sur l’erreur de droit. Décidément, on va y arriver », a-t-elle dit, avant de se lancer dans la défense de l’amendement numéro 12 qui entend supprimer la « notion d’erreur de droit introduite par cette ordonnance ».

Une défense vaine, puisque le texte n’a pas été adopté.