Election de Laurent Wauquiez aux Républicains: «Un désaveu à ceux qui ont seriné que la droite avait coulé»

REACTIONS L'élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains a fait réagir de nombreux responsables politiques ce dimanche soir...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Laurent Wauquiez, élu président du parti Les Républicains, le 10 décembre 2017 à Paris
Laurent Wauquiez, élu président du parti Les Républicains, le 10 décembre 2017 à Paris — JACQUES DEMARTHON / AFP
  • Laurent Wauquiez a été élu ce dimanche, dès le premier tour, président des Républicains (LR).
  • Il recueille 74,64% des suffrages exprimés, contre 16,11% pour Florence Portelli et 9,25% pour Maël de Calan.
  • Responsables politiques de droite et de gauche ont commenté cette victoire.

Sans surprise, Laurent Wauquiez a été élu à la tête du parti Les Républicains (LR) ce dimanche soir. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes totalise près de 75 % des voix. Cette victoire sans appel face à Maël de Calan et Florence Portelli a fait réagir nombre de responsables politiques ce dimanche soir.

>> A lire aussi: Les défis de Laurent Wauquiez, nouveau patron de la droite

« Il faut maintenant rassembler »

Juste après la proclamation des résultats par Anne Levade, présidente de la haute autorité du parti, Bernard Accoyer, secrétaire général de LR a évoqué un « succès » dans une allocution au siège du mouvement. « En face de la gauche modernisée qui est celle de La République en marche, il faut un grand parti de la droite et du centre, Les Républicains », a-t-il jugé, affirmant que LR est « la première formation d’opposition ».

>> A lire aussi: QUIZ. Les Républicains: Connaissez-vous Laurent Wauquiez?

Gérard Larcher, président LR du Sénat, a affirmé dimanche dans un communiqué qu'« il faut maintenant rassembler toutes les sensibilités et reconstruire autour d’un projet ». « C’est le défi que nous devons ensemble relever, c’est le travail que devra engager une équipe diverse et renouvelée autour de Laurent Wauquiez », a-t-il ajouté.

Bruno Retailleau, patron du groupe LR au Sénat, a estimé dans un communiqué que cette élection « est surtout un désaveu cinglant à tous ceux qui nous ont seriné que la droite française avait coulé corps et biens depuis l’élection d’Emmanuel Macron ». « Je ne doute pas que Laurent Wauquiez saura rassembler notre famille », a assuré le président du microparti Force Républicaine, à la suite de François Fillon.

« Droitisation des Républicains »

Dans un tweet, Christophe Castaner, secrétaire d’État et délégué général de LREM adresse ses félicitations à Laurent Wauquiez. « Il est important pour la vitalité du débat démocratique que ceux qui, à LR, ou au PS, veulent incarner l’opposition puissent avoir une ligne claire », dit le chef du parti du président Emmanuel Macron au nouveau chef de la droite.

Le Parti socialiste, dans un tweet, estime que « ce soir, une droite ultra-conservatrice, qui prétend combattre le FN en reprenant ses idées prend la tête de LR ».

Daniel Leca, porte-parole de l’UDI, avance dans un tweet que « l’élection de Laurent Wauquiez est l’illustration de la droitisation des Républicains ».

« Soupçons de tricherie »

Frédéric Lefebvre, délégué national du nouveau parti « Agir, la droite constructive » et ancien de LR, s’insurge contre cette victoire. Dans un communiqué, l’ancien député juge le nouveau président LR « illégitime ». Il estime que les « dés étaient pipés » d’avance et évoque, sans fournir de preuves, des « soupçons de tricherie » avec des listes électorales « faisant la part belle aux démissionnaires et aux morts ». Il conclut : « Ce triste 10 décembre sonne la fin du grand mouvement de la droite et du centre voulu par Jacques Chirac »

Nicolas Dupont-Aignan, député et président de Debout la France, a jugé que deux choix s’offrent désormais à Laurent Wauquiez : « Rester enfermé dans le politiquement correct en reprenant les thématiques portées par Debout la France tout en écartant d’un revers de la main un quelconque dialogue avec notre famille politique comme avec le Front National. (Ou) franchir le Rubicon et se tourner vers les gaullistes et patriotes (…) afin de proposer un projet alternatif. »