VIDEO. «Ras le bol!»: Des adhérents Les Républicains témoignent avant l'élection de leur chef

TEMOIGNAGES Des adhérents du parti Les Républicains confient une lassitude, voire une incompréhension face aux orientations du mouvement de droite…

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

— 

Laurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti Les Républicains, de dos, lors d'une réunion publique à Arcachon le 23 novembre 2017
Laurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti Les Républicains, de dos, lors d'une réunion publique à Arcachon le 23 novembre 2017 — UGO AMEZ/SIPA
  • Les adhérents du parti Les Républicains sont appelés à voter pour élire, ce dimanche, le chef de leur mouvement.
  • Si 234.000 adhérents sont à jour de cotisation, seuls 50.000 à 70.000 votants sont attendus.
  • Les témoignages envoyés à 20 Minutes révèlent une lassitude des encartés LR, parfois une incompréhension quant à la stratégie du candidat favori Laurent Wauquiez.

Les messages s’alignent et les mots tournent en boucle : « déception », « lassitude », voire de temps en temps « inquiétude »… Depuis plusieurs jours, les messages reçus par 20 Minutes à la suite d'un appel révèlent un certain malaise des personnes encartées au parti Les Républicains. Après la défaite à la présidentielle puis aux législatives face au parti LREM, les adhérents du parti de droite sont appelés à élire ce dimanche leur président.  Florence Portelli, Maël de Calan et Laurent Wauquiez​​​ sont candidats, le président de la région Auvergne-Rhône Alpes étant largement favori. Un éventuel second tour est programmé le 17 décembre.

>> A lire aussi: Election du président LR: Les grandes questions avant le scrutin

Militant depuis 2014 à Roubaix, Amine Elbahi opte pour un choix radical après avoir vu Laurent Wauquiez en meeting à Lille lundi : « Je fais clairement le choix de ne pas ré-adhérer aux Républicains qui n’a désormais de Républicains que le nom. » Les orientations du mouvement et le discours du candidat favori sont à l’origine de ce départ. « La droite identitaire de Laurent Wauquiez est dangereuse pour la France », affirme Amine Elbahi, ajoutant : « Le discours de Laurent Wauquiez, c’est celui de Marine Le Pen car, idéologiquement, il est déjà rallié avec le Front National ». Se référant à la figure de Philippe Séguin, le vingtenaire dit croire à la droite « qui a le sens de l’État et des institutions, des affaires européennes et sociales : une droite clairement humaniste et sociale. »

« Ras le bol du triptyque fiscalité - immigration - sécurité »

Philippe B., habitant la Marne, fait lui aussi le choix de rendre sa carte. « Adhérent depuis de nombreuses années » et « ancien soutien de Nicolas Sarkozy en 2007 », l’homme se dit déboussolé face aux différences idéologiques entre les représentants de LR. « L’éclatement est proche », avance l’homme qui se dit « résolument à droite, mais pas chez Wauquiez en tout cas ». Cet ancien encarté ira peut-être dans un autre parti… ou pas. « J’attends, pour m’engager quelque part, de trouver un parti de centre droit efficace et ouvert », dit-il encore.

>>A lire aussi: Présidence de LR: Ils ne soutiendront pas Laurent Wauquiez (mais ils ne sont pas nombreux)

Malaise toujours pour Kévin Duvivier, qui a plusieurs charges au sein du parti. « Adhérent LR depuis 2013, membre du conseil départemental LR de Seine-Maritime et conseiller national », le jeune homme répète un mot : « ras bol ». « Ras le bol de voir la droite courir derrière le FN. Ras le bol de voir une certaine droite s’opposer farouchement aux réformes faites par le gouvernement alors qu’elle les a défendues pendant 10, 20 ans et même pendant la campagne de François Fillon », tranche le jeune homme. Il déplore que son parti « se sépare de l’idée européenne, s’éloigne de questions telles que l’écologie, la culture (ras le bol du triptyque fiscalité - immigration - sécurité) », ajoute-t-il. « Ras le bol aussi de voir la droite se séparer de personnes comme Edouard Philippe, Premier Ministre… de droite ! Si elle ne change pas la droite va dans le mur, et va disparaître comme le PS ! », pronostique le jeune homme en colère.

Choix de Laurent Wauquiez « sans état d’âme »

« Être de droite ou de gauche, en 2018 n’a plus aucun sens. LREM l’a bien compris et c’est pour cela qu’elle a le vent en poupe et séduit », analyse Pierre*, un autre adhérent. Celui-ci estime que « le conservatisme à droite est sa grande faiblesse ». Faisant le choix de la candidate Florence Portelli « élue fort sympathique, qui a une approche plus ouverte sociale de la politique », il précise cependant que ce choix est « sans adhésion absolue ».

>> A lire aussi: Les Républicains: Alain Juppé votera (à titre personnel) Maël de Calan

Une candidate à l’opposé du choix Marje*, autre lecteur de 20 Minutes à avoir répondu à notre appel. Affirmant voter ce dimanche pour Laurent Wauquiez « sans état d’âme », il espère « que nous serons nombreux à le faire pour retrouver une droite capable d’exercer à nouveau le pouvoir et de nous éviter les aventures populistes et les dérives du communautarisme ». Gilbert G., lui, ira « bien sûr » voter. « Je voterai Wauquiez car il me paraît le seul apte à porter les intérêts de la droite républicaine », estime cet internaute sur notre page Facebook.

Axel, militant depuis deux ans à LR en Occitanie, ira lui aussi voter. Selon cet étudiant, « cette élection est pour moi une chance unique de montrer que notre mouvement est le plus démocratique de France », dit-il en référence à Christophe Castaner adoubé à la tête de LREM par Emmanuel Macron. « Notre pays a besoin d’un cap clair et précis pour le futur et qu’il devra relever les vrais défis de demain », avance le jeune homme.

*Pseudonyme d’adhérents ayant répondu à l’appel de 20 Minutes