VIDEO. Mort de Johnny Hallyday: Standing ovation à l'Assemblée, où le Premier ministre salue «un artiste exceptionnel»

LEGENDE « L’émotion provoquée par sa disparition est à la hauteur de la place qu’il occupe dans le cœur des Français », a estimé le Premier ministre…

D. D. avec AFP

— 

Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée le 6 décembre 2017.
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée le 6 décembre 2017. — BERTRAND GUAY

Des applaudissements ont retenti ce mercredi à l’Assemblée nationale en hommage à Johnny Hallyday, le Premier ministre Edouard Philippe saluant « un artiste exceptionnel » dont la disparition provoque « une émotion très vive » en France.

Avant de donner le coup d’envoi des questions au gouvernement, le président de l’Assemblée, François de Rugy, a affirmé depuis le perchoir qu'« à l’image des Françaises et Français, nous avons tous en nous quelque chose de Johnny Hallyday », écho à la formule d’Emmanuel Macron.

« Il est normal que l’émotion teinte les débats de cet hémicycle »

La quasi totalité des députés et les ministres se sont alors progressivement levés pour applaudir debout. Première oratrice du jour, Brigitte Kuster (LR) a eu quelques mots d’hommage, jugeant que « l’émotion provoquée par sa disparition est à la hauteur de la place qu’il occupe dans le cœur des Français ». « Aucun autre artiste n’a su comme lui établir le lien à ce point fusionnel entre son public et son pays », a-t-elle estimé.

« Notre hémicycle représente le peuple français. Lorsqu’il est ému, il est normal que l’émotion teinte les débats de cet hémicycle », a réagi Edouard Philippe peu après.

Macron réfléchit à une façon de rendre hommage à Johnny

« Je suis né en 1970, bien après que Johnny Hallyday a commencé à chanter. Et pourtant, toute ma vie, et probablement toute la nôtre, toute la vôtre, nous avons entendu et vu cet artiste exceptionnel qui a su séduire, conquérir des nouveaux publics, se renouveler, investir des champs très variés dans la chanson, au cinéma et au théâtre », a-t-il glissé.

Observant qu'« il avait une place très particulière et (que) l’émotion ce matin est très vive », le Premier ministre a rappelé que le président de la République « réfléchissait à une façon de rendre un hommage particulier à Johnny Hallyday, mais qu’il le ferait en accord avec la famille ».