VIDEO. Exclusion de Jean-Marie du FN: L'affaire réexaminée ce lundi par la justice

JUSTICE Le Front national veut confirmer l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du parti, qui reste cependant président d'honneur de la formation…

A.-L.B.

— 

Jean-Marie Le Pen, en juin 2017 à Nanterre.
Jean-Marie Le Pen, en juin 2017 à Nanterre. — YANN BOHAC/SIPA
  • Jean-Marie Le Pen et le FN se retrouvent devant la justice lundi.
  • La cour d'appel de Versailles rééxamine le dossier de l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du parti désormais dirigé par sa fille Marine Le Pen.

Un nouveau chapitre judiciaire s'ouvre ce lundi pour le Front national et Jean-Marie Le Pen, ancien président du mouvement. La cour d’appel de Versailles réexamine le dossier concernant l'exclusion du «Menhir» du parti dirigé par sa fille Marine Le Pen.

Le FN a fait appel de la décision du tribunal de grande instance de Nanterre en novembre 2016. Celui-ci avait validé l’exclusion de Jean-Marie Le Pen en tant que membre du FN. Mais il avait estimé que Jean-Marie Le Pen restait président d’honneur de la formation. Le tribunal avait dit que Jean-Marie Le Pen devrait « être convoqué en qualité de membre de droit de toutes les instances » statutaires du parti et pourrait y « participer » « sous astreinte de 2.000 euros par infraction constatée».

>> A lire aussi: La justice valide l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du FN (mais il reste président d'honneur)

Marine Le Pen avait jugé cette décision de justice « aberrante ». « On peut donc rester président d’honneur d’un parti, sans en être membre, et donc pourquoi pas en étant membre d’un autre parti politique », avait déploré Marine Le Pen devant des journalistes.

>> A lire aussi: FN : Jean-Marie Le Pen conteste son exclusion, qualifiée de «parricide»

L’avocat du FN, Me Georges Sauveur, pointe l’apparent paradoxe de la justice, validant l’exclusion de Jean-Marie Le Pen du FN mais en lui laissant la présidence d’honneur du mouvement. « Comment un membre d’une association puisse, "en même temps", être exclu de l’association mais en rester le président d’honneur ? (…). Comment est-il possible d’être exclu et de rester, "en même temps" ? », s'interroge Me Georges Sauveur auprès de 20 Minutes.

>> A lire aussi: Exclusion du Front national: Jean-Marie Le Pen se venge sur Twitter

Me Frédéric Joachim, l’avocat de Jean-Marie Le Pen, répond dimanche : « Cette situation pourrait sembler paradoxale mais elle si elle peut choquer la raison, il n’y a pas d’incompatibilité », souligne-t-il auprès de 20 Minutes, ajoutant que « les membres du bureau [du FN] n’ont pas besoin d’être membres du parti pour y siéger ». De ce nouveau procès, qualifié de « duel à mort », Jean-Marie Le Pen « n’attend pas uniquement la confirmation des prérogatives de la présidence d’honneur mais aussi l’annulation de la sanction de l’exclusion du parti », souligne Me Frédéric Joachim. « On veut la mort de Jean-Marie Le Pen », estime cet avocat, évoquant une « persécution politique ».

La justice a donné plusieurs fois raison à Jean-Marie Le Pen face au FN. La première fois en annulant sa suspension du parti, puis, à deux reprises, en suspendant le congrès par correspondance de juillet 2015 qui devait supprimer son statut de président d’honneur. Et si elle a validé son exclusion en 2016, elle l’a maintenu comme président d’honneur.

Jean-Marie Le Pen a été suspendu du parti en mai 2015, avant d’être exclu le 20 août 2015 par le bureau exécutif du FN après une série de provocations, notamment à propos de la Shoah .