Les salariés du PS mécontents du plan social proposé par la direction

PARTI La direction du PS a présenté le 24 octobre aux représentants du personnel un Plan de sauvegarde de l’emploi qui prévoit le maintien de 38 postes, sur les 100 actuels...

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège du PS, rue de Solférino
Le siège du PS, rue de Solférino — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Les représentants des salariés du Parti socialiste ont dénoncé ce mercredi auprès de la presse le plan social proposé par la direction du PS, l’estimant « bâti dans une logique purement comptable ».

« Nos responsables politiques laissent faire un plan social bâti dans une logique purement comptable », a déclaré devant Solférino le porte-parole des élus du Comité d’entreprise, Romaric Bullier.

38 postes sur 100 maintenus

La direction du PS a présenté le 24 octobre aux représentants du personnel un Plan de sauvegarde de l’emploi qui prévoit le maintien de 38 postes, sur les 100 actuels (dont 3 départs à la retraite), selon une source syndicale.

« Cette première mouture, tardive, nous ne l’avons pas acceptée, nous ne l’acceptons toujours pas », a poursuivi Romaric Bullier, lisant une déclaration écrite qu’il avait déjà lue la veille devant les membres du Bureau national du PS, flanqué d’une « cinquantaine de salariés ».

>> A lire aussi : Un salaire pour le futur patron du PS ? L'hypothèse qui agace Solférino

Les permanents de Solférino demandent notamment une révision à la hausse du nombre de postes conservés à l’issue du PSE.

« Nous souhaitons que la plus-value générée par la vente du siège soit utilisée, pour partie, pour le maintien de l’emploi et pour le renforcement du plan social et de la prime supra-légale », expliquent-ils.

Selon une source syndicale, la direction a accepté mardi au cours d’une réunion avec les syndicats de porter la prime extra-légale perçue par chaque salarié de 5.000 à 10.000 euros.