La LR Virginie Calmels a-t-elle contacté Macron pour entrer au gouvernement?

MERCATO Selon « L’Express », Virginie Calmels, qui fut proche d’Alain Juppé et s’apprête à devenir numéro 2 du parti Les Républicains, aurait tenté d’obtenir un poste au gouvernement en juin dernier ; l’intéressée a démenti…

L.C.

— 

Virginie Calmels avec Laurent Wauquiez, en meeting à Arcachon le 23 novembre 2017.
Virginie Calmels avec Laurent Wauquiez, en meeting à Arcachon le 23 novembre 2017. — UGO AMEZ/SIPA

Elle est pressentie pour devenir la numéro 2 du parti Les Républicains si Laurent Waucquiez est élu président du parti en décembre. Le favori de cette élection interne a cité Virginie Calmels parmi son entourage, dimanche, à l’antenne d’Europe 1, et a fustigé « le marigot central autour d’Emmanuel Macron, assemblage de tous les opportunistes venus faire cuire leur petite soupe ». Or selon L'Express, sa fidèle aurait tenté de rejoindre le gouvernement après les législatives de juin dernier.

>> A lire aussi : Virginie Calmels, future vice-présidente de Laurent Wauquiez chez Les Républicains?

Virginie Calmels dément avoir été à l’initiative mais dit avoir été contactée

L’hebdomadaire cite trois sources qui affirment que l’ex-juppéiste s’est activée par SMS et coups de fil pour faire savoir au président qu’elle était intéressée par un poste au gouvernement. « Son attitude était sans ambiguïté », a dit à L’Express un interlocuteur du chef de l’Etat.

Contactée par L’Express, l’intéressée a démenti avoir contacté l’exécutif. « C’est faux ! Je n’ai fait aucune démarche, j’ai répondu à des sollicitations », assure  Virginie Calmels. Elle affirme même que des prises de contacts ont eu lieu plusieurs mois avant l’élection présidentielle et que les échanges se sont poursuivis après le premier tour. Son profil (juppéiste, chef d’entreprise) aurait intéressé les macronistes.

Virginie Calmes admet s’être montrée intéressée, uniquement dans le cas d’une coalition gouvernementale. Une version contredite par les sources de L’Express.

>> A lire aussi : A Bordeaux, le choix Wauquiez de la juppéiste Virginie Calmels a du mal à passer