Jean-Jacques Urvoas visé par une plainte après l'achat de son ancienne permanence parlementaire

JUSTICE L'ancien ministre de la Justice aurait utilisé des fonds publics...

C. A. et J. G.

— 

L'ancien ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, ici à Paris en mai 2017.
L'ancien ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, ici à Paris en mai 2017. — CHAMUSSY / SIPA

L’affaire est complexe. Ce jeudi, l’association anticorruption Cicero 29 a porté plainte contre Jean-Jacques Urvoas pour « détournement de fonds publics ». Révélée par France Info, l’information a été confirmée à 20 Minutes par Thierry Lescouarc’h, procureur de la République de Quimper. « Nous sommes en train de l’examiner ».

Un bien à 212.000 euros

L’affaire porte sur la location puis la mise en vente de la permanence parlementaire de l’ancien député du Finistère. Balayé lors des dernières législatives, l’ancien ministre de la Justice a souhaité se séparer de l’ancien cabinet dentaire, qu’il avait transformé en un bel appartement de 126 m², rapporte France Info. Un bien que l’ancien député avait acheté grâce à un prêt à taux privilégié accordé par l’Assemblée nationale et aujourd’hui estimé à 212.000 euros.

Le socialiste remboursait les intérêts avec grâce à son indemnité représentative de frais de mandat. Longtemps autorisée, cette pratique est interdite depuis 2015. Interrogé par France Info, Jean-Jacques Urvoas a assuré que l’achat de ce bien « répondait scrupuleusement à la loi et aux normes alors édictées par l’Assemblée nationale ». Ce sera au parquet de Quimper d’en décider.