Emmanuel Macron présente ses projets devant les maires réunis en congrès

DISCOURS Il devrait notamment annoncer une profonde refonte de la fiscalité locale…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de la République Emmanuel Macron, le 13 avril 2017 à Paris
Le président de la République Emmanuel Macron, le 13 avril 2017 à Paris — Virginia Mayo/AP/SIPA

Un grand oral devant plusieurs milliers d’édiles. Emmanuel Macron présente ses projets pour les collectivités territoriales ce jeudi devant les maires réunis en congrès, une intervention très attendue par des élus pourtant sans illusion sur ce qu’il peut leur annoncer pour rétablir la confiance entre l’Etat et les collectivités.

>> A lire aussi : Congrès des maires de France: Comment Emmanuel Macron entend calmer la gronde

Selon l’Elysée, le chef de l’Etat annoncera notamment une « refonte profonde de la fiscalité locale », l’encouragement à la construction et la possibilité de normes et d’expérimentations différenciées selon les territoires. « Conscient de la difficulté de leur rôle », il s’exprimera devant plusieurs milliers d’élus pendant environ une heure et demie, Porte de Versailles à Paris.

Il devrait confirmer que la suppression de la taxe d’habitation sera compensée

Un discours dans lequel il doit confirmer que la taxe d’habitation, qui doit être supprimée en trois ans pour 80 % des ménages, sera compensée par un « dégrèvement » où l’Etat paiera à la place des contribuables, « ce qui garantit aux collectivités la permanence de la compensation ». Le chef de l’Etat expliquera son projet d’une « refonte globale de la fiscalité locale » qui pourrait passer par « un partage des impôts nationaux, à l’image du transfert d’une fraction de la TVA aux régions », avec au passage une probable suppression complète de la taxe d’habitation.

>> A lire aussi : Taxe d'habitation: Serez-vous exonéré en 2018? On a la réponse

La réception mercredi soir de plus de 1.000 maires à l’Elysée a été l’occasion de derniers échanges entre le président de l’Association des maires de France, François Baroin (LR), et Emmanuel Macron. Tout en ménageant globalement le chef de l’Etat, les maires sont très remontés contre les décisions prises depuis l’été par le nouvel exécutif qui impactent la situation financière des communes.