En cas de séparation, le gouvernement est favorable à la résidence alternée

FAMILLE « L’idée est d’aller vers plus d’égalité parentale », a déclaré Marlène Schiappa…

20 Minutes avec AFP

— 

La secrétaire d'Etat Marlène Schiappa à l'Egalité femmes-hommes
La secrétaire d'Etat Marlène Schiappa à l'Egalité femmes-hommes — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Le gouvernement est favorable à ce que la résidence alternée devienne le « principe général » en cas de séparation des parents, a déclaré ce mercredi Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes.

>> A lire aussi : La garde alternée en France, une affaire de riches ?

« L’idée est d’aller vers plus d’égalité parentale », a déclaré Marlène Schiappa, interrogée par CNews au sujet d’une proposition de loi Modem votée ce mercredi en commission des lois, et qui a relancé le débat sur la résidence alternée.

Vers une égalité parentale

« Notre position collective au gouvernement, c’est qu’on est plutôt favorables à la résidence alternée, pour faire en sorte qu’il y ait une égalité parentale, avec des conditions », a-t-elle ajouté.

« Je pense notamment aux associations féministes, qui sont inquiètes de l’emprise que pourrait conserver un conjoint violent par exemple. Notre position, c’est qu’en cas de violences, bien évidemment la résidence alternée doit tomber », a-t-elle dit. « Mais sinon, comme principe général, nous sommes favorables ».

>> A lire aussi : La garde alternée a doublé en 10 ans selon une étude

« Le cas général serait la résidence alternée », mais « ensuite, il appartient à chaque juge aux affaires familiales de trancher (…) Il y a des appréciations au cas par cas, selon l’éloignement des domiciles des parents, selon le seuil de conflit entre les parents, et ça, ça sera apprécié au cas par cas », a indiqué Marlène Schiappa.