Gouvernement: Le remaniement annoncé mardi «dans la journée», selon Castaner

EXECUTIF Il s’agira du second remaniement après celui de juin qui avait vu partir François Bayrou, Richard Ferrand, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard…

20 Minutes avec AFP

— 

Christophe Castaner
Christophe Castaner — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Restera, restera pas ? Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner sera fixé sur son maintien ou non dans l’équipe gouvernementale, l’annonce du  remaniement du gouvernement étant prévue « demain dans la journée », a-t-il déclaré ce lundi soir sur LCI.

« Je suis dans l’attente, dans l’impatience de cette information, qui vous sera présentée je pense demain dans la journée », a dit Christophe Castaner, qui a été élu samedi à la tête de La République en marche.

>> A lire aussi : Les 5 chantiers qui attendent Castaner à la tête du parti macroniste

Il s’agira du second remaniement après celui de juin qui avait vu partir François Bayrou, Richard Ferrand, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard.

« Faire de la politique » quand on est ministre « ce n’est pas un gros mot »

Christophe Castaner a déjà reconnu implicitement qu’il ne serait plus porte-parole, poste qui devrait revenir à Benjamin Griveaux ou Julien Denormandie, deux proches du chef de l’Etat. Le suspense semblait entier ce lundi soir entre ces deux secrétaires d’Etat, chacun étant soutenu par des membres de l’entourage d’Emmanuel Macron, selon des sources proches du dossier.

>> A lire aussi : Qui est sur un siège éjectable à l'approche du remaniement ?

Quant à son maintien au poste de secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, en même temps que la direction du parti présidentiel, Christophe Castaner n’a cessé de répéter qu’il estimait ce cumul possible. « Faire de la politique » quand on est ministre « ce n’est pas un gros mot », a-t-il réaffirmé lundi matin.

Cette solution, rare sous la Ve République, pourrait être finalement le choix de l’Elysée, selon une source proche du président. Les deux hommes pressentis pour être porte-parole ainsi que des responsables de La République en marche ont d’ailleurs défendu cette position ce week-end, relevant que le rôle de chef de LREM était bénévole.