Marine Le Pen n'exclut pas qu'«un autre candidat prenne sa place à la tête du Front national»

FRONT NATIONAL « Il y a des élections, il y a une démocratie interne (…) et par conséquent il peut y avoir demain un candidat qui prenne ma place », a déclaré la patronne du FN…

H. B. avec AFP

— 

La présidente du FN Marine Le Pen.
La présidente du FN Marine Le Pen. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Elle est la seule candidate à sa propre succession au congrès du FN prévu en mars. Pourtant, Marine Le Pen a jugé ce dimanche envisageable que le parti d’extrême droite choisisse un autre dirigeant qu’elle avant la prochaine élection présidentielle.

Interrogée lors du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI sur l’éventualité d'« un Front national sans un ou une Le Pen à sa tête », l’ancienne candidate à la présidentielle, qui a été critiquée jusqu’en interne après sa défaite, a souligné qu’elle accueillait cette perspective « avec beaucoup de calme ».

« Les élus du FN disent qu’il faut continuer et ils veulent continuer avec moi »

« Evidemment qu’on peut l’imaginer, il y a des élections, il y a une démocratie interne (…) et par conséquent il peut y avoir demain un candidat qui prenne ma place à la tête du Front national », a expliqué Marine Le Pen, seule candidate à sa propre succession au congrès du parti prévu en mars. « Il y aura un autre congrès avant les élections présidentielles » de 2022, lors duquel le parti sera appelé à élire son président et par conséquent son candidat à l’Elysée, a-t-elle précisé.

>> A lire aussi : Y a-t-il un malaise Marine Le Pen?

Eric Dillies, conseiller régional et patron du FN Lille, avait souhaité le mois dernier se présenter à la présidence du FN au prochain congrès, mais il n’a pas fait acte officiel de candidature dans les délais prévus et le bureau politique du FN a exclu de modifier les règles en vigueur. En tout état de cause « l’immense majorité des membres du Front national considère que je suis la plus à même de rassembler l’ensemble du mouvement », a souligné Marine Le Pen, assurant que « les adhérents du FN, les cadres et les élus du FN disent qu’il faut continuer et ils veulent continuer avec moi ».