20 Minutes : Actualités et infos en direct
DIPLOMATIESaad Hariri accueilli à Paris, une «bonne chose» pour Mélenchon

Invitation de Saad Hariri à Paris: «C'est une bonne chose» estime Jean-Luc Mélenchon

DIPLOMATIESaad Hariri est attendu en France dans la nuit de vendredi à samedi, et doit être reçu à l’Elysée samedi à la mi-journée...
Jean-Luc Melenchon dans «Le Grand Débat» sur BFM TV et CNEWS, le 4 avril 2017.
Jean-Luc Melenchon dans «Le Grand Débat» sur BFM TV et CNEWS, le 4 avril 2017. - Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Le chef de file de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon a approuvé vendredi la décision d’Emmanuel Macron d’accueillir le Premier ministre libanais Saad Hariri.

« C’est une bonne chose qu’on ait invité M. Hariri en France », a déclaré Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV, tout en estimant que la place du Premier ministre démissionnaire était « au Liban ». Saad Hariri est attendu en France dans la nuit de vendredi à samedi, et doit être reçu à l’Elysée samedi à la mi-journée.

Mélenchon estime que Castaner ne doit pas rester au gouvernement

Le député des Bouches-du-Rhône a par ailleurs jugé que la situation serait « un peu bizarre » si Christophe Castaner restait secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement tout en étant le nouveau patron de La République en Marche (LREM), poste auquel il devrait être élu samedi. « Pour nous parlementaires, peut-être que ce sera un problème d’avoir comme ministre chargé des Relations avec le Parlement (…) quelqu’un qui est en même temps le chef d’un parti », a-t-il indiqué.

Mais, pour lui, il n’y a « pas de contradiction à ce qu’un ministre soit chef de parti », à l’exception de ce portefeuille. « Il faut arrêter de vouloir dépolitiser la vie politique », a-t-il ajouté. Le leader de la France insoumise a par ailleurs de nouveau regretté que la division syndicale ait nui « d’une manière terrible » à la mobilisation contre les réformes sociales d’Emmanuel Macron. « Cette pagaille est insupportable », a-t-il jugé. Il a appelé à chacun à prendre « ses responsabilités » et proposé « la convergence des forces sociales et politiques contre les politiques libérales ».

Sujets liés