Direction, finances, projet... François Fillon solde les comptes avec son microparti Force Républicaine

POLITIQUE L’ancien candidat à la présidentielle François Fillon laisse ce dimanche la présidence de son micro-parti Force Républicaine au patron du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau…

A.-L.B.

— 

François Fillon, alors candidat de la droite à l'élection présidentielle, le 23 avril 2017 à Paris
François Fillon, alors candidat de la droite à l'élection présidentielle, le 23 avril 2017 à Paris — Jacques Witt/SIPA
  • François Fillon, ancien candidat de la droite à l’élection présidentielle, quitte la présidence de son micro-parti Force Républicaine lors d’une convention dimanche.
  • Son successeur se nomme Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat.
  • C’est le dernier acte du retrait de la vie politique de François Fillon, ce dernier s’étant désormais tourné vers le privé.

Ce devait être le mouvement qui l’emmènerait à l’Elysée. François Fillon quitte ce dimanche la présidence de son microparti  Force Républicaine, ex-France.9,. lors d’une convention organisée à la Maison de la Chimie à Paris. Derrière le titre « Quelle droite pour la France ? », la formation assure que « ce sera la première impulsion de la nouvelle dynamique de Force républicaine, réorganisée et relancée ». Que devient François Fillon ? Le microparti a-t-il rendu de l’argent aux Républicains ? 20 Minutes répond aux principales questions liées à ce petit parti…

François Fillon, ancien Premier ministre et président de Force République, lors d'une réunion publique à Rouez-en-Champagne le 27 août 2014
François Fillon, ancien Premier ministre et président de Force République, lors d'une réunion publique à Rouez-en-Champagne le 27 août 2014 - WITT/SIPA

Que devient Force Républicaine ?

Mis en examen dans le cadre de l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants, éliminé au premier tour de la présidentielle, François Fillon a annoncé qu’il quittait la vie politique. Absent du débat politique depuis lors, il signe ce novembre le dernier acte de sa sortie en quittant la présidence de son microparti Force républicaine (FR). Le public ne pourra pas le voir dimanche, puisqu’il s’exprimera lors d’une assemblée générale à huis clos le matin. « Ce ne sera pas un discours politique, ce sera un discours beaucoup plus personnel pour remercier les adhérents, les militants qui l’ont aidé pendant des mois qui étaient des mois d’enfer », a expliqué Bruno Retailleau, patron du groupe LR au Sénat, le 9 novembre sur CNEWS. Le sénateur vendéen est le successeur de François Fillon à la tête du microparti. Ce choix n’a rien d’une surprise : depuis l’annonce du retrait de François Fillon, Bruno Retailleau et Bernard Accoyer dirigeaient de facto Force Républicaine.

>> A lire aussi: Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon placé sous statut de témoin assisté pour «escroquerie aggravée»

Que fait désormais François Fillon ?

Très discret, François Fillon a rejoint fin août le fonds d’investissement Tikehau Capital dont il est l’un des associés. Auparavant, Le Point raconte que lors de l’investiture d’Emmanuel Macron, il était en Angleterre à chasser le chevreuil, à l’invitation de son ami Henri de Castries, l’ancien patron d’Axa. Depuis la fin du printemps, François Fillon a fait plusieurs apparitions. Il a été aperçu nu en Islande, dans les sources d’eau chaude du Blue Lagoon. Une photo de lui en Italie, barbu, a été postée sur Facebook au mois d’août (et retirée depuis lors). On l’a enfin repéré, le 7 octobre dans une Aston Martin, participant avec son épouse au Zoute Grand Prix, une course de voitures anciennes à Knokke-le-Zoute en Belgique.

Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, en meeting de soutien au candidat de la droite François Fillon, le 5 avril 2017 à à Bourgoin Jallieu
Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, en meeting de soutien au candidat de la droite François Fillon, le 5 avril 2017 à à Bourgoin Jallieu - ALLILI/SIPA

Le microparti a-t-il rétrocédé aux Républicains l’argent collecté pendant la campagne ?

Force Républicaine a-t-il rendu au parti Les Républicains les dons collectés pendant la présidentielle ? Cette question de l’argent avait (aussi) pourri les relations entre les deux formations soeurs durant la présidentielle. Le trésorier Daniel Fasquelle avait qualifié d’« anormal » que l’équipe du candidat fasse des appels aux dons vers le microparti FR et non à LR. C’est « une situation absolument incompréhensible » qui « doit cesser », avait-il dit à 20 Minutes.

>> A lire aussi : Pour le trésorier des Républicains, il est « anormal » que le microparti de Fillon récolte les dons

Depuis, un accord de répartition de cet argent a été trouvé entre FR et LR le 26 juillet. Force Républicaine a accepté de rétrocéder 900.000 euros sur les 1,9 million d’euros qui restaient dans ses caisses après la campagne. C’est moins que les 3,3 millions d’euros donnés au candidat de la droite pour la présidentielle, mais reste une somme rondelette pour le parti. Daniel Fasquelle a expliqué à l’AFP s’appuyer sur une estimation « de manque à gagner pour LR s’il n’y avait pas eu cette concurrence de Force républicaine ». Pour justifier la somme gardée par Force républicaine, Daniel Fasquelle a noté qu’« une partie des dons n’aurait pas eu lieu si François Fillon n’avait pas été candidat ».

>> A lire aussi: Fillon et Les Républicains se disputent les 3,3 millions d'euros récoltés pour la campagne

Sans Fillon, quelles sont les ambitions du microparti ?

François Fillon parti, les prochaines élections prévues en 2019…à quoi va servir Force républicaine ? Vincent Chriqui, secrétaire général du microparti, a donné quelques pistes sur le futur de la formation après une assemblée générale à huis clos, le 27 juin. Le fidèle de François Fillon a estimé que le microparti devait « rester un réseau d’élus ». Quant à Bruno Retailleau, il souhaite faire de Force Républicaine un cercle de réflexion pour animer le débat d’idées à droite, afin d’œuvrer à la refondation du parti défait à la présidentielle et aux législatives. « Afin de gagner dans les urnes, il faut gagner dans les têtes », a dit le sénateur le 27 juillet sur RTL, dans une allusion gramscienne.