Une centaine de militants vont dire adieu à La République en marche

RAS LE BOL Ceux qui se sont baptisés « les 100 démocrates » dénoncent notamment le manque de démocratie au sein du mouvement…

C. Ape.

— 

Le congrès de La Republique en Marche, le 8 juillet 2017 à Paris.
Le congrès de La Republique en Marche, le 8 juillet 2017 à Paris. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Mise à jour du 17 novembre 2017 : La République en marche a contacté vendredi soir 20 Minutes pour indiquer que sur les 100 personnes qui ont notifié leur départ du parti, 24 ne figurent pas dans la base de données d'adhérents.

Ces « marcheurs » sont à l’arrêt. Une centaine de membres de La République en marche annoncent ce mardi dans une tribune publiée par France Info qu’ils entendent quitter le mouvement et dénoncent le manque de démocratie en son sein.

>> A lire aussi : Des marcheurs dénoncent des «pressions» pour l'élection du bureau exécutif

Adhérents, élus, animateurs de comités locaux ou encore référents issus de tout le pays, ces démissionnaires expliquent qu’ils vont quitter le mouvement vendredi, veille du congrès de LREM prévu à Lyon.

#LoveLaRem, #LoveLaTeamMacron

Ceux qui se sont baptisés les « 100 démocrates » dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche. La direction du parti n’est en effet pas choisie par les 380.000 adhérents mais par un collège d’élus, de ministres, de cadres et 200 militants tirés au sort, explique France Info.

>> A lire aussi : «Il a une gueule»... Pourquoi Macron a choisi Christophe Castaner (et pas Benjamin Griveaux)

« Sous le poids des process marketing, des #LoveLaRem, #LoveLaTeamMacron, les piliers de ladémocratie se sont effondrés entraînant dans leur chute l’engouement et la motivation des marcheurs », écrivent-ils.

Le « sacre » annoncé de Christophe Castaner

Autre fait dénoncé par les démissionnaires, le « sacre » annoncé de Christophe Castaner, seul candidat au poste de délégué général. Cette élection « avant l’heure laisse peu d’espoirs aux militants en attente de démocratie », regrettent-ils.

Plus loin, les « 100 démocrates » déplorent un mouvement qui « entend mais n’écoute pas ». « Alors oui La République en Marche a des oreilles qui marchent bien et qui entendent tout, mais elle ne semble pas avoir ni les dispositions affectives ni la structuration psychique qui lui permettent de savoir écouter. » Las de constater que leur parole n’est pas entendue, les 100 signataires de cette tribune remettront leur lettre de démission à un huissier.