Attribution de la légion d'honneur: La grand-croix du mérite pour Edouard Philippe pour ses six mois à l'Elysée

OBLIGATION Emmanuel Macron n’a pu échapper à cet usage républicain envers son Premier ministre Edouard Philippe…

Laure Gamaury

— 

Edouard Philippe et Emmanuel Macron lors d'une réunion à l'Elysée, le 13 juillet 2017.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron lors d'une réunion à l'Elysée, le 13 juillet 2017. — JULIEN DE ROSA / POOL / AFP

Rattrapé par la tradition. D’après les informations de nos confrères du Figaro, Emmanuel Macron, qui a pourtant annoncé en Conseil des ministres cette semaine qu’il voulait restreindre et durcir les conditions d’attribution des décorations officielles, se voit dans l’obligation de décorer son Premier ministre, Edouard Philippe, pour ses six mois à la tête du gouvernement.

Le locataire de Matignon devrait recevoir la grand’croix de l’ordre du mérite d’ici la fin du mois, le 22 ou le 29 novembre, croit savoir Le Figaro. C’est un usage républicain qui a cours depuis de nombreuses années, une tradition à laquelle le chef de l’Etat ne peut déroger s’il ne veut pas froisser Edouard Philippe. C’est aussi un moyen de calmer les polémiques sur son statut d’hyper-président.

Une cérémonie « sans presse »

Plus tôt dans la semaine, Emmanuel Macron avait révélé qu’il souhaitait revoir l’automaticité des nominations, notamment de la Légion d’honneur, à certaines personnes en raison de leur poste ou de leurs fonctions. C’est le cas notamment pour « les anciens ministres, les ambassadeurs, ou encore les académiciens ».

Il y a cependant fort à parier que le président de la République ne s’inspirera pas de son prédécesseur à l’Elysée : François Hollande avait en effet profité de cet événement en octobre 2014 pour tacler Manuel Valls, son Premier ministre de l’époque. « Clémenceau était controversé au sein de la gauche française, c’est sans doute pourquoi vous l’aimez. (…) Clémenceau n’a pas été président de la République, mais on peut réussir sa vie sans être président de la République ».

Ces propos, tenus devant les caméras par l’ex-occupant de l’Elysée, avaient très peu plu à Manuel Valls. Pour éviter tout commentaire, Emmanuel Macron a de toute façon prévu une cérémonie « sans presse ».