Présidence LR: Wauquiez prêt à débattre devant les militants mais pas à la télé

ELECTIONS Le favori de l’élection à la présidence des Républicains redoute d’étaler à la télévision les divisions de son propre camp…

N.Se avec AFP

— 

Les candidats officiels à la présidence des Républicains. De gauche à droite, Maël de Calan, Florence Portelli et Laurent Wauquiez
Les candidats officiels à la présidence des Républicains. De gauche à droite, Maël de Calan, Florence Portelli et Laurent Wauquiez — JOEL SAGET, LOIC VENANCE, Fred TANNEAU / AFP

Il préfère prévenir que guérir. Laurent Wauquiez, favori de l’élection à la présidence des Républicains, s’est dit prêt vendredi soir à un débat entre les candidats « devant les militants », mais pas à la télévision comme le réclament ses deux concurrents Florence Portelli et Maël de Calan.

Ne pas étaler à la télé les divisions au sein du parti

Pour lui, la raison est simple : « Quelles que soient les précautions que nous pourrions prendre, un débat organisé sur un plateau de télévision aura pour principale finalité d’exacerber artificiellement nos différences et d’étaler nos divisions », écrit Laurent Wauquiez dans un courrier à ses deux rivaux à qui il souhaite « une belle campagne ». « Ne créons pas de nouvelles cicatrices inutiles dans une famille déjà profondément marquée et blessée », ajoute-t-il.

>> A lire aussi : Présidence des Républicains: Wauquiez, Calan et Portelli officiellement en lice

Laurent Wauquiez pense qu’il serait « davantage légitime et utile que nous débattions avec ceux qui sont directement concernés par cette élection : nos adhérents ». Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes propose que « dans le cadre d’un meeting militant et populaire, nous organisions un débat devant et avec nos militants ». « Nous pourrions demander que cette réunion publique soit retransmise sur le site internet de notre mouvement », suggère-t-il.

Ses concurrents ne veulent pas d’un débat à huis clos

Laurent Wauquiez n’a cependant pas convaincu ses concurrents. « Organiser un débat devant quelques centaines de personnes dans le huis clos d’une salle parisienne, c’est priver de débat une grande majorité des adhérents », a répondu dans un communiqué Florence Portelli, ex-porte-parole de François Fillon.

« C’est aussi et surtout donner l’image d’un parti replié sur lui-même, qui a peur de s’ouvrir aux Français (…) Ayons donc le courage d’organiser un débat digne et fair-play », écrit la maire de Taverny (Val d'Oise). Les débats organisés à l’occasion des primaires « ont d’ailleurs été exemplaires et ont convaincu plus de 4 millions de Français de faire confiance à notre famille politique », souligne-t-elle.

De son côté, Maël de Calan, s’il « prend acte et se félicite de la volonté de Laurent Wauquiez de participer à un débat », estime que la proposition du favori de tenir cet échange « à huis clos, devant quelques dizaines de militants triés sur le volet, n’est pas de nature à faire vivre le débat démocratique au sein des Républicains ».

« Pourquoi se cacher pour exposer nos idées pour la France ? Notre famille politique a un socle idéologique suffisamment large pour que chacun exprime ses différences et sa diversité de pensée. Il faut être fier de nos convictions et de nos valeurs afin de reconquérir l’envie des Français de voter pour nous », souligne ce proche d’Alain Juppé dans un communiqué.

L’élection se déroulera par vote électronique le 10 décembre, avec un second tour, le cas échéant, le 17.