Emmanuel Macron
Emmanuel Macron — ELIOT BLONDET-POOL/SIPA

COLERE

Direction LREM: Macron cherche à débusquer la taupe à l'origine de fuites

Le chef de l’Etat avait évoqué la nomination de Christophe Castaner à la tête du parti lors d’un dîner privé…

C’est finalement Christophe Castaner qui a sorti son épingle du jeu et été choisi par Emmanuel Macron pour prendre la tête de La République en marche. Face à lui se trouvait Benjamin Griveaux, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, un temps pressenti. Ce choix a été acté lundi soir, lors d’un dîner entre le président et sa garde rapprochée.

>> A lire aussi : «Il a une gueule»... Pourquoi Macron a choisi Christophe Castaner (et pas Benjamin Griveaux)

Pourtant, l’information a fuité et a été révélée par la presse ce qui a eu le don d’énerver l’Elysée, rapporte ce vendredi le Parisien.

La chasse à la taupe ouverte

« Ils sont furieux ! Ils cherchent qui a parlé », glisse un macroniste. « Gérard Collomb va demander les relevés téléphoniques. » Blague ou non ? Nul ne sait. Peu après ce dîner, le journal les Echos a révélé qu’Emmanuel Macron avait discuté de la direction de LREM avec l’actuel porte-parole du gouvernement.

>> A lire aussi : Christophe Castaner assume la «dimension amoureuse» de relation avec Emmanuel Macron

Dans un premier temps, l’Elysée n’a pas voulu confirmer l’information. Mercredi, c’est Christophe Castaner lui-même qui levait le voile sur un mystère qui n’en était plus tout à fait un. « J’ai échangé bien sûr avec Emmanuel Macron, avec Edouard Philippe, mais aussi (…) avec celles et ceux qui ont accompagné Emmanuel Macron depuis le début. S’il m’a choisi et s’il a soutenu ma candidature (…), c’est parce qu’aujourd’hui j’ai aussi le soutien, je pense, de la base des militants de LREM », avait-il dit sur RTL.

>> A lire aussi : VIDEO. Cinq choses que vous ignorez sur Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement

Pour l’heure, rien n’est officiel, puisque le Conseil national du mouvement, composé de 800 membres (ministres, élus, parlementaires, référents et 25 % d’adhérents non élus) doit se réunir le 18 novembre pour désigner le nouveau délégué général.