Enquête pour «travail dissimulé» autour d'une ex-attachée de presse FN

ENQUETE Marie-Sophie Boumard affirme avoir travaillé sans contrat de travail pendant six mois...

N.Se avec AFP
— 
Vue du tribunal correctionnel de Paris.
Vue du tribunal correctionnel de Paris. — AFP PHOTO JOEL SAGET

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris pour « travail dissimulé » et « abus de confiance », après le témoignage d’une ex-attachée de presse du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) au Parlement européen, auquel appartient le FN, d’après une source proche du dossier.

Des documents « mensongers et antidatés »

Selon cette source, Marie-Sophie Boumard, qui affirmait dans Le Monde en mai avoir travaillé sans contrat de travail six mois pour ce groupe où siègent 21 élus FN, a été entendue mercredi après-midi comme témoin dans les locaux de l’office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff).

Marie-Sophie Boumard accuse Charles Van Houtte, cheville ouvrière du groupe FN au Parlement européen, de lui avoir demandé de signer des documents « antidatés et mensongers » afin de régulariser sa situation de chargée de relations avec la presse internationale de septembre 2015 à février 2016, précise cette source.

Charles Van Houtte, bientôt licencié

Charles Van Houtte a été entendu fin septembre par les policiers belges dans une autre enquête plus large portant sur les soupçons d’emplois fictifs d’assistants parlementaires d’eurodéputés FN, dans le cadre d’une commission rogatoire internationale des juges parisiens. Jusqu’à récemment administrateur du groupe ENL, Charles Van Houtte fait l’objet d’une procédure de licenciement. L’activité de plusieurs sociétés appartenant à lui ou à des proches suscite l’interrogation de plusieurs sources. Contacté par l’AFP jeudi, Charles Van Houtte n’a pas répondu.

Marie-Sophie Boumard, qui dit avoir également travaillé pour le siège du FN à Nanterre, affirme avoir mis au courant la présidente du FN, Marine Le Pen de sa situation dans un courriel mi-octobre. Fin mai, Marine Le Pen avait qualifié cette accusation d'« absolument infondée ». « Elle était prestataire extérieure, elle a été payée pour cela et trop, je vais vous dire franchement, à mon goût, pour le travail qu’elle a effectué », avait ajouté Marine Le Pen.