Les Républicains: Laurent Wauquiez en campagne à Mandelieu, face à des militants «dans le flou»

PARTI Le favori de la course à la présidence des Républicains est dans les Alpes-Maritimes pour deux jours…

Fabien Binacchi

— 

Le candidat à la présidence des Républicains, le 25 octobre 2017 à Mandelieu
Le candidat à la présidence des Républicains, le 25 octobre 2017 à Mandelieu — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Le candidat favori à la présidence des Républicains lançait sa campagne ce mercredi soir à Mandelieu (Alpes-Maritimes).
  • Beaucoup de sympathisants républicains «dans le flou», expliquent «attendre beaucoup de cette élection» pour «clarifier la situation du parti».

« Franchement, c’est tellement le bazar en ce moment, qu’on ne sait même plus où en est le parti. Alors, on est surtout venu pour entendre ce qu’il se dit », soufflent « un peu perdus » Claude et Josette, deux retraités « républicains » de Mandelieu (Alpes-Maritimes).

>> A lire aussi : «Dîner de cons», «effarant», «ridicule»… Les Républicains se déchirent après le raté sur l’exclusion des pro-Macron

La ville où Laurent Wauquiez, grand favori de la campagne pour la présidence des Républicains, tenait un meeting de lancement « très important » ce mercredi soir.

« Il faut clarifier la situation au plus vite »

Car le malaise actuel au sein de parti est particulièrement prégnant. « Certains disent que c’est la chienlit chez les Républicains. Laurent Wauquiez va remettre de l’ordre dans tout ça », lâche Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône et porte-parole de la campagne, pour chauffer le centre expo congrès de cette cité, voisine de Cannes.

Sur les chaises, beaucoup de militants républicains sont en effet « dans le flou » et « attendent beaucoup de cette élection ». « Il faut clarifier la situation au plus vite, surtout après le nouveau cafouillage de mardi sur l’éviction ratée des ministres Macron », souffle Roland, un Niçois, sympathisant du député azuréen Eric Ciotti et « de fait » de Laurent Wauquiez.

« Je suis inquiet et triste pour le parti »

« L’état du parti n’est vraiment pas formidable. J’ai toujours été de droite, au RPR, à l’UMP et maintenant aux Républicains, et aujourd’hui je suis inquiet et surtout triste », se désole aussi Claude, un peu plus loin, dans une assemblée d’un millier de personnes.

>> A lire aussi : Pourquoi Nadine Morano et Fabienne Keller se clashent avant le bureau politique des Républicains?

« Je crains qu’on reste dans ce flottement jusqu’aux élections, malheureusement, analyse pour sa part Guillaume Décard, élu à Saint-Raphaël, dans le département voisin du Var, venu soutenir le candidat. Il faut rassembler et Laurent Wauquiez est le seul à pouvoir le faire tout en incarnant nos valeurs. Il faut calmer et recadrer les choses. Puis, après l’élection, il sera vraiment temps de faire le tri avec ceux qui nous ont trahis. Les Constructifs notamment. »

Rencontre attendue avec Estrosi ce jeudi

Une question dont parleront forcément Laurent Wauquiez et Christian Estrosi, lors d’un tête à tête très attendu (voire tendu) ce jeudi après-midi à Nice. Le maire de la capitale azuréenne, qui s’est prononcé contre l’exclusion de ces Constructifs, et le candidat à la présidence des Républicains s’opposent régulièrement ces dernières semaines. Le premier accusant régulièrement le second d’ambiguïtés vis-à-vis de l’extrême droite.

Laurent Wauquiez profitera de son déplacement dans les Alpes-Maritimes pour multiplier les rencontres sur le terrain. Il se rendra dans la matinée dans une maison de retraite médicalisée de l’hôpital d’Antibes, en compagnie du maire Jean Leonetti. Puis rejoindra la députée Michèle Tabarot pour une rencontre avec des militants de sa circonscription.