Mort de Bernard Tapie : de la chanson aux affaires, la disparition d'un homme aux mille vies

NECROLOGIE Bernard Tapie est décédé à l'âge de 78 ans... Homme d'affaires officiellement ruiné, politicien contrarié, l'ancien patron de l'OM a aussi été chanteur, animateur télé ou acteur...

Jean Saint-Marc
— 
Bernard Tapie, en mars 2014, à Marseille.
Bernard Tapie, en mars 2014, à Marseille. — F. Pennant / AFP
  • Bernard Tapie est décédé ce dimanche à l'âge de 78 ans.
  • Il souffrait d'un cancer de l'estomac depuis 2017, raison pour laquelle il avait renoncé à se rendre à son procès en appel en mai dernier. 

Bernard Tapie « détestait » les journalistes, mais il les connaissait bien. L’actionnaire principal de La Provence nous a donc préparé le terrain en répondant au  Monde, en 2017, pour un portrait : « Mourir, ça ne me fait pas chier du tout. La mort, c’est la consécration de la vie. » « Nanard », décédé ce dimanche à l’âge de 78 ans d’un cancer de l’estomac, savait que ces deux petites phrases seraient du meilleur effet dans les nécrologies. Des « nécros » qui racontent un destin unique, une vie dingue.

Une vie dont Tapie est d’ailleurs très fier. Il l’a martelé, dans ce même article du Monde :

« Je suis plus qu’heureux, il ne se passe pas un jour sans que quelqu’un me dise "C’est en voyant Ambitions (émission animée par Tapie) que j’ai eu envie de faire mon entreprise". Tu te dis que t’es pas venu sur Terre pour rien. Parce qu’à l’inverse, j’ai jamais vu un mec m’arrêter dans la rue pour me dire " Grâce à toi, j’ai eu envie d’être un voyou". »

L’homme d’affaires, le voyou : son image restera pourtant quelque part entre les deux. Bernard Tapie, impliqué dans des dizaines d’affaires judiciaires, parfois relaxé, plusieurs fois condamné - il a même dormi en prison, pendant six mois. Considéré par les juges comme « l’initiateur de la corruption », « Nanard » est tombé pour « corruption et subornation de témoins », après le match truqué VA-OM. Ce fameux procès où il a « menti mais de bonne foi. »

Bernard Tapie à la sortie du tribunal de Douai.
Bernard Tapie à la sortie du tribunal de Douai. - T. Coex / AFP

Persuadé d’être persécuté

Le dernier combat judiciaire de Bernard Tapie aurait dû se solder ce 6 octobre : la cour d’appel de Paris s’apprêtait à rendre son jugement dans l’affaire de l’arbitrage controversé de la vente d’Adidas, 13 ans après les faits et après de multiples rebondissements judiciaires. Le 2 juin dernier, le parquet général avait requis 5 ans d’emprisonnement avec sursis pour complicité d’escroquerie et détournement de fonds publics mais l’homme d’affaire, très affaibli par son cancer n’avait pas assisté à son procès.

Pour Bernard Tapie, toutes ces affaires ne font aucun doute : ils sont jaloux, tous jaloux. Il l’assume : il aime le fric. Dans les reportages télé, il exhibe son jet privé. Dans les interviews, il insiste sur sa jeunesse de prolo parisien et sur sa réussite sociale express, dans les années 1970-80. Une carrière ratée de pilote de course, deux trois bides en tant que chanteur (il y reviendra), et puis un talent qui se révèle. Tapie est fait pour vendre des télévisions. C’est en tout cas ce que raconte la légende.

Bernard Tapie à bord du «Phocéa»
Bernard Tapie à bord du «Phocéa» - B. Swersey / AFP

« S’il y a une chose que je sais faire, c’est du blé », explique celui qui s’est ensuite spécialisé dans la reprise puis la revente d’entreprises en difficulté. En politique, Tapie savait gagner débats et élections. Dans le sport, il gagnait tout court : la Ligue des champions et quatre fois le championnat avec l’OM, deux fois le Tour de France avec La Vie Claire, et même le record de la traversée de l’Atlantique en monocoque, sur le Phocéa, en tant qu’armateur.

Le bilan, c’est lui qui le fait, encore et toujours dans cette interview testament pour Le Monde :

Quand dans la vie t’a battu le record de l’Atlantique, t’as gagné le Tour de France, la Ligue des champions, t’as été ministre, chanteur, acteur… Qu’est-ce que j’ai pas fait ? A ma place, tu ne peux pas te dire que t’as pas été pourri gâté par la vie.