Bretagne: Les femmes s'imposent en politique mais restent barrées des postes stratégiques

POLITIQUE L'Insee a étudié la part des femmes dans l'exécutif...

C.A.

— 

Illustration d'une femme siégeant au conseil régional de Bretagne, à Rennes.
Illustration d'une femme siégeant au conseil régional de Bretagne, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

La loi ne fait pas tout. En raison des listes paritaires aux élections, les collectivités locales ont vu de nombreuses femmes intégrer leur assemblée en Bretagne. Une étude de l’Insee souligne cependant que les élues ne trustent pas encore les postes à responsabilités.

Cinq points de plus que la moyenne nationale

La Bretagne se distingue pourtant pour sa quasi-parité dans les conseils municipaux où les femmes représentent 44,9 % des 22.300 élus, soit cinq points de plus que la moyenne nationale. Seule l’Ile de France fait mieux. Cela s’explique notamment par le fait que la Bretagne compte une part plus importante de communes de plus de 1.000 habitants, les seules soumises à la parité stricte.

Les élues ont cependant du mal à accéder aux « postes à responsabilités », rapporte l’Insee. Seules 16,5 % d’entre elles sont élues maires, un chiffre conforme à la moyenne nationale.

Rennes se distingue

La capitale régionale a pourtant donné l’exemple en élisant en 2014 Nathalie Appéré, première femme maire de Rennes. Saint-Brieuc a également élu Marie-Claire Diouron, qui a récemment porté plainte après la diffusion d’odieuses affiches sexistes.

Les autres gros postes stratégiques sont, eux, occupés par des hommes. Seul le conseil départemental du Finistère est dirigé par Nathalie Sarrabezolles.