Vote des recettes du budget 2018: Vers une large majorité à l'Assemblée

PARLEMENT La loi de finances pour 2018 a suscité de nombreux débats mais sera votée sans encombre…

20 Minutes avec AFP

— 

Vue générale de la première séance des Questions au Gouvernement de la nouvelle Assemblée, au Palais Bourbon, à Paris, le 5 Juillet 2017.
Vue générale de la première séance des Questions au Gouvernement de la nouvelle Assemblée, au Palais Bourbon, à Paris, le 5 Juillet 2017. — SIPA

Etape symbolique ce mardi à l’Assemblée. Car le vote des recettes du premier budget du quinquennat Macron, avant le démarrage des débats sur le financement de la Sécu, s’annonce sans encombre, bien que la majorité reste confrontée à l’accusation persistante de «  cadeaux aux riches ».

>> A lire aussi : Avec le vote de la «flat tax» sur les revenus du capital, l'opposition dénonce «un cadeau fiscal aux plus aisés»

Ce scrutin, dans le sillage du vote sur la programmation des finances publiques jusqu’en 2022, va clore une semaine de débats passionnés sur plusieurs mesures emblématiques, comme la transformation de l’ISF en impôt sur la seule fortune immobilière ou la fin progressive de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages.

Si socialistes, communistes et « Insoumis » voteront contre, comme le groupe LR pour d’autres raisons, les alliés de La République en marche et du MoDem vont assurer une majorité très large, malgré des bémols du parti de François Bayrou.

L’UDI parle du budget « le moins pire depuis 15 ans »

Les Constructifs sont partagés : certains saluent des « avancées majeures », comme leur coprésident Franck Riester (issu de LR), d’autres oscillent entre contre et abstention tel le patron de l’UDI Jean-Christophe Lagarde, qui pointe cependant le budget « le moins pire depuis 15 ans ».

>> A lire aussi : Quand Darmanin s’écharpe avec La France insoumise autour du caviar

Les ministres des Finances Bruno Le Maire et des Comptes Publics Gérald Darmanin (tous deux issus de LR) n’ont cessé de défendre un budget de « transformation », mais aussi la volonté d’ancrer la France sous la barre des 3 % de déficit pour retrouver de « la crédibilité » en Europe, à l’heure où Paris plaide pour une réforme d’ampleur.