Pays de la Loire: C'est fait, Christelle Morançais remplace Bruno Retailleau à la tête de la région

POLITIQUE La Sarthoise (LR) a été élue ce jeudi matin présidente du conseil régional des Pays de la Loire...

Frédéric Brenon

— 

Christelle Morançais, quelques secondes après son élection à la présidence des Pays de la Loire, jeudi 19 octobre 2017.
Christelle Morançais, quelques secondes après son élection à la présidence des Pays de la Loire, jeudi 19 octobre 2017. — F.Brenon/20Minutes

C’est fait. Sans surprise, Christelle Morançais (LR) a été élue ce jeudi matin nouvelle présidente de la région Pays de la Loire. Elle remplace Bruno Retailleau (LR), démissionnaire de son poste en raison de la loi sur le non-cumul des mandats. Le Vendéen, élu à la tête de la région il y a moins de deux ans, a préféré conserver son mandat de sénateur.

Agée de 42 ans, originaire du Mans, Christelle Morançais est la première femme présidente de l’histoire du conseil régional des Pays de la Loire. La quatrième aux commandes d’une région en France.

« Je ne veux pas être jugée sur ma qualité de femme »

Celle qui a exercé la profession de directrice d’un réseau de mandataires immobiliers, en parallèle de son mandat de vice-présidente du conseil régional en charge de l’emploi, de la formation et de l’apprentissage, était la seule candidate à la présidence ce jeudi. Elle a recueilli 53 voix favorables sur 92 votants membres du conseil régional. Le Vendéen Antoine Chereau sera le premier vice-président. Le Ligérien Laurent Dejoie sera chargé des finances. Son prédécesseur, le Nantais François Pinte, a quitté ses fonctions.

La nouvelle assemblée du conseil régional des Pays de la Loire, jeudi 19 octobre 2017.
La nouvelle assemblée du conseil régional des Pays de la Loire, jeudi 19 octobre 2017. - F.Brenon/20Minutes

« Ceux qui m’ont précédé étaient des combattants. Et croyez-moi, je me battrai de toutes mes forces et de tout mon cœur pour notre région », a déclaré à chaud Christelle Morançais. « Je ne veux pas être jugée sur ma qualité de femme, mais sur mes engagements. Un cap a été fixé en décembre 2015 et le changement de capitaine ne doit pas nous en faire dévier », a-t-elle ajouté.

Parmi ses priorités: l’emploi, la proximité avec les habitants, la coopération inter-régionale et le transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes pour laquelle elle milite. « Elle a toutes les qualités pour réussir », a insisté Bruno Retailleau.

>> A lire aussi : Les critiques pleuvent après le renoncement de Retailleau

Une boulimique d’élections

Ira-t-elle jusqu’au bout de son mandat (2021) contrairement à son prédécesseur ? Normalement oui. Mais l’opposition se montre « méfiante » car elle sait Christelle Morançais boulimique d’élections : la Sarthoise a été successivement candidate, ces dernières années, aux élections municipales (au Mans), sénatoriales, régionales puis législatives.

« Je ne serai pas candidate aux élections européennes [2019] ni aux municipales [2020]. Je serai une présidente à 100 %», a assuré ce jeudi l’intéressée.