VIDEO. «Le drapeau européen, c'est la Vierge Marie. Et les 12 étoiles, ce sont les 12 apôtres», estime Clémentine Autain

POLEMIQUE La députée de Seine-Saint-Denis a estimé que le débat sur la présence du drapeau européen dans l’hémicycle du palais Bourbon était parfaitement légitime…

H. B.

— 

Clementine Autain, députée de la France insoumise.
Clementine Autain, députée de la France insoumise. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Les Insoumis persistent et signent. « Le drapeau européen, c’est la Vierge Marie. Et les 12 étoiles, ce sont les 12 apôtres », a déclaré Clémentine Autain ce vendredi matin sur BFMTV.

Emboîtant le pas de ses collègues de la France insoumise (LFI), la députée de Seine-Saint-Denis a estimé que le débat sur la présence du drapeau européen dans l’hémicycle du palais Bourbon était parfaitement légitime.

En juin dernier, Jean-Luc Mélenchon avait déjà dénoncé la présence du drapeau bleu étoilé dans l’Assemblée. « Franchement, on est obligé de supporter ça ? (…) C’est la République française ici, pas la Vierge Marie », avait-il déclaré, en référence au créateur du drapeau européen, Arsène Heitz, qui avait dit avoir puisé l’inspiration dans des représentations de la Vierge Marie.

Un emblème « confessionnel », selon Mélenchon

Le chef de file des Insoumis en a rajouté une couche ce mercredi affirmant qu’Emmanuel Macron n’avait « pas le droit » d’imposer le drapeau européen à la France, arguant qu’il s’agissait d’un emblème « confessionnel ».

>> A lire aussi : Les députés LFI déclenchent une polémique en voulant supprimer le drapeau européen de l’hémicycle

Lors d’une intervention ce mercredi à l’Assemblée nationale, le député LFI de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière a également mis en avant l’origine symbolique du drapeau.

« La symbolique du fond bleu et les douze étoiles sont directement inspirées de la médaille pieuse dédiée à la Vierge Marie que monsieur Heitz portait autour du cou, médaille qui provenait de la chapelle Notre-Dame de la médaille miraculeuse. Ce drapeau est un symbole marial qui a été volontairement adopté le 8 décembre 1955, jour de l’Immaculée Conception », a-il expliqué, provoquant des protestations sur les bancs de l’Assemblée nationale.