«Envoyé Spécial»: Quand Jean-Claude Gaudin perd ses nerfs face aux accusations d’un journaliste

POLITIQUE Selon la magasine diffusé jeudi soir sur France 2, 117 parlementaires de droite aurait touché de l'argent détourné du Sénat, dont Jean-Claude Gaudin... 

A.M.

— 

Jean-Claude Gaudin a fait ses adieux au Sénat.
Jean-Claude Gaudin a fait ses adieux au Sénat. — B. Langlois / AFP

« Sénat - gros chèques et petites combines. » Le nom de l’enquête d’Envoyé spécial diffusée jeudi soir sur France 2 est assez explicite. Elle explique comment des sénateurs auraient touché de l' argent détourné de dotations destinées aux assistants parlementaires. Les dotations non utilisées étaient versées à une association appelée Union républicaine Sénat, qui elle-même aurait reversé ces dotations à 117 sénateurs de droite. Ils auraient perçu 8 millions d’euros entre 2002 et 2014.

>> A lire aussi : Qui sont les candidats à la présidence du parti Les Républicains?

Jean-Claude Gaudin s’emporte

Parmi la liste des parlementaires bénéficiaires, figure l’ancien sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin. Il aurait pu toucher jusqu’à 20.000 euros certaines années. Lorsque le journaliste de l’émission évoque ces systèmes de détournement, l’édile marseillais botte en touche : « Avant, peut-être, il y avait des habitudes, je les ai de toute manière arrêtés quand je suis devenu président de groupe », affirme-t-il.

Il garde néanmoins beaucoup moins son calme lorsque le journaliste lui demande s’il a lui même perçu certains de ces chèques : « Mais qu’est ce que vous venez me dire ? Vous n’avez pas honte de me dire ça ? C’est un scandale monsieur », s’est-il emporté.

En juin dernier, la cour d’appel de Paris a décidé de suspendre l’enquête menée par le juge d’instruction René Cros.