Emplois familiaux: Un député LREM veut que sa femme reste son assistante parlementaire

POLITIQUE François-Michel Lambert menace même de démissionner de l’Assemblée nationale…

J.S.-M.
— 
Assemblée nationale (illustration).
Assemblée nationale (illustration). — NICOLAS MESSYASZ / SIPA

Est-ce un frondeur ? Le député La République en marche, François-Michel Lambert, refuse le qualificatif, mais s’agace, ce lundi matin sur France Bleu Provence, de la loi sur la moralisation de la vie publique. Le député des Bouches-du-Rhône refuse de se séparer de sa femme, qui est son assistante parlementaire depuis des années. « Licencier des personnes qui font leur job, c’est une erreur », dénonce François-Michel Lambert sur la radio locale.

« On nous demande de devenir des moines ascètes ! »

Sur LCI, en fin de semaine dernière, il est allé plus loin, évoquant même une démission : « On me dit “le choix, c’est la famille ou la politique”, moi je ne me tromperai pas de choix. »

Sur France Bleu Provence, ce lundi matin, il n’a pas clairement dit vouloir démissionner, demandant simplement à ce que sa femme devienne « une collaboratrice bénévole. » Il s’en prend vertement à la loi sur la moralisation de la vie publique : « Il y a un tel délire en ce moment… On nous demande de devenir des moines ascètes ! »