Loi antiterroriste: L'Assemblée valide les perquisitions hors état d'urgence

SECURITE Les députés La France insoumise ont dénoncé une disposition qui, selon eux, « touche à nos libertés publiques », voyant dans le juge un « alibi »…

20 Minutes avec AFP

— 

L'Assemblée nationale - Illustration
L'Assemblée nationale - Illustration — CHAMUSSY/SIPA

L’Assemblée nationale a donné ce mercredi, lors d’un vote à main levée, son aval à un nouveau régime de perquisitions hors état d’urgence.

Les perquisitions décidées par la seule autorité administrative sous l’état d’urgence seront remplacées par le régime des « visites domiciliaires », autorisées par le juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal de grande instance de Paris après avis du procureur de Paris, prévoit le texte.

>> A lire aussi : «Cette nouvelle loi antiterroriste s’adapte à l’évolution de la menace» selon Gérard Collomb

Vives critiques des élus LFI et LR

Les députés La France insoumise ont dénoncé une disposition qui, selon eux, « touche à nos libertés publiques », voyant dans le juge un « alibi ».

Les élus LR ont aussi critiqué ces « visites », les jugeant « inopérationnelles en pratique » et entraînant une « dégradation du niveau de protection de nos concitoyens ».

>> A lire aussi : Le lapsus d'Emmanuel Macron sur la «sortie de l’état de droit»

A l’inverse, le groupe majoritaire LREM a plaidé que le dispositif était « équilibré », terme également martelé la veille pour les assignations à résidence, et allait permettre des interventions « rapidement » quand c’est nécessaire.

Des perquisitions remplacées par des « visites domiciliaires »

Ces « visites », avec possible « saisie des documents, objets ou données qui s’y trouvent », seront possibles « aux seules fins de prévenir la commission d’actes de terrorisme et lorsqu’il existe des raisons sérieuses de penser qu’un lieu est fréquenté par une personne dont le comportement constitue une menace d’une particulière gravité », précise l’article 4 du projet de loi.

La visite domiciliaire ne pourra être commencée avant 6 heures ni après 21 heures, sauf autorisation express, écrite et motivée, accordée par le juge des libertés et de la détention, fondée sur l’urgence ou les nécessités de l’opération. LR a cherché en vain à supprimer ces conditions horaires restrictives.

>> A lire aussi : L'Assemblée vote l'article sur les assignations à résidence hors état d'urgence

Toute personne suspecte et pouvant fournir des renseignements lors de la « visite » pourra, après information du juge, être retenue sur place pendant quatre heures au maximum. Des députés LR, mais aussi FN, ont cherché à allonger cette durée, sans succès.

Un amendement des Constructifs a été adopté, étendant les visites et saisies aux lieux fréquentés par des personnes qui, en diffusant des messages de haine ou faisant l’apologie du terrorisme, contribuent au phénomène de radicalisation.