Interrogé sur la PMA, le député LREM Jean-Michel Fauvergue botte en touche

SOCIETE Le député et ancien patron du Raid a refusé de donner son avis personnel sur la procréation médicalement assistée...

C. Ape.

— 

L'ancien patron du RAID Jean-Michel Fauvergue
L'ancien patron du RAID Jean-Michel Fauvergue — François Guillot / AFP

La secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes l’a annoncé dimanche, le gouvernement entend ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes avant la fin du quinquennat. Une mesure qui semble toutefois faire débat au sein de la majorité.

>> A lire aussi : Après l'avis favorable du comité d'éthique sur la PMA, que va-t-il se passer maintenant ?

Peu après l’annonce de Marlène Schiappa, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a de son côté estimé que la mesure n’était pas une « priorité ». Interrogé au « Grand Jury » RTL/Le Figaro/LCI sur cette mesure, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, Gérard Collomb a déclaré : « Je proposerai que l’on puisse résoudre le problème du chômage avant de s’attaquer aux problèmes civilisationnels. »

Priorité au chômage et à la sécurité

Interrogé par Jean-Michel Apathie sur le plateau de Franceinfo, le député LREM Jean-Michel Fauvergue était prié de dire dans quelle équipe il jouait. Et le député de Seine-et-Marne de répondre : « Je suis plutôt Gérard Collomb. » Mais l’ancien patron du Raid ne dira rien de son avis personnel sur le sujet.

>> A lire aussi : Marlène Schiappa tacle Laurent Wauquiez, le «cynique»

« Ce n’est pas que je ne vois pas d’un bon œil, c’est que ce sont des problèmes très délicats, ce sont des problèmes sociétaux importants qui demandent la nécessité d’argumenter et du recul. Je suis plutôt Gérard Collomb quand il dit "on doit travailler sur des problèmes actuels et forts que sont le chômage et la sécurité", ce sont des problèmes sur lesquels les Français nous attendent, donc il faut travailler là-dessus », explique le député.

Face à l’insistance du journaliste, il martèle : « Ni contre ni pour, je vous ai dit que je ne me prononcerai pas, donc à partir de ce moment-là, je ne vais pas me prononcer. [… ] J’ai une position mais que je vais garder pour moi. »