VIDEO. Après le «CouscousGate», Philippot répond «aux crétines et aux crétins»

POLEMIQUE «C’est navrant mais ça ne m’empêchera pas de continuer à manger du couscous», a assuré Philippot…

C. Ape.
— 
Le Vice-président du Front National, Florian Philippot en conférence de presse le 19 février 2016, à Taverny.
Le Vice-président du Front National, Florian Philippot en conférence de presse le 19 février 2016, à Taverny. — PATRICK KOVARIK / AFP

Certains lui reprochaient de ne pas avoir mangé assez « local » et de manquer de patriotisme. Ce lundi, Florian Philippot a répondu à ses détracteurs au micro de France Inter après l’affaire du « CouscousGate ».

Vendredi, le cadre du Front national était apparu aux côtés de  Sophie Montel autour d’un couscous dans un restaurant de Strasbourg. Une photo postée sur Twitter qui avait suscité de nombreuses réactions de la part des internautes qui s’en sont pris au cadre FN.

Des « crétines et de crétins », selon Florian Philippot, qui n’a pas manqué de leur rappeler l’origine du plat.

« Je rappelle que ça a été amené en France par les pieds-noirs »

« Il y a beaucoup de militants Front national qui se sont indignés », lance dans un premier temps Florian Philippot. Et le président des Patriotes de poursuivre : « Ça dit que ces gens sont des crétins, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ? Ça veut dire que là, on est face à des crétines et des crétins. Ceux qui parlent de provocation quand on met une photo de couscous à Strasbourg sont juste crétins. Qu’ils se posent des questions. Et qu’on leur fasse goûter du couscous, ils verront que c’est très bon. Je rappelle que ça a été amené en France par les pieds-noirs, ça parlera à certains. Pour le reste, que dire de plus sur tout cela ? C’est désolant, c’est navrant mais ça ne m’empêchera pas de continuer à manger du couscous. »

>> A lire aussi : Philippot demande à ses adversaires au sein du parti «d'éviter de dire n'importe quoi»