VIDEO. Sénatoriales: Au fait, pourquoi les sénateurs sont-ils si vieux?

POLITIQUE L'âge moyen d'un sénateur au palais du Luxembourg est de 61 ans et neuf mois...

Thibaut Le Gal
— 
Des sénateurs au palais du Luxembourg
Des sénateurs au palais du Luxembourg — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Fermez les yeux et pensez à un sénateur. Le personnage en costume dans votre tête a de grandes chances d’avoir les cheveux blancs. Pas de magie ici : les sénateurs sont nos élus les plus anciens. Au palais du Luxembourg, la moyenne est de 61 ans et neuf mois, contre 56 ans et dix mois pour les maires, et 48 ans et huit mois pour les députés.

« Il faut relativiser cet écart car il y a eu un renouvellement de l’Assemblée en juin dernier avec La République en marche, mais c’est évident, les sénateurs sont globalement plus vieux », reconnaît d’emblée le sénateur écolo Jean Desessard, tout juste 65 ans. A quelques jours des sénatoriales, on s’est donc intéressé à cette question : pourquoi les sénateurs sont-ils si vieux ?

Parce qu’on est plus sage avec les cheveux grisonnants

D’abord, un peu d’histoire : « Généralement, la Chambre haute est l’héritière des chambres aristocratiques. En France, le Sénat est un des éléments du compromis effectué après la Révolution pour intégrer les monarchistes. Les nobles ont petit à petit disparu au profit des notables locaux », rappelle Luc Rouban, directeur de recherches au CNRS et chercheur au Cevipof. « Le Sénat est donc considéré comme le gardien d’une certaine sagesse politique, d’une certaine modération et aussi d’une forme de conservatisme, avec cette idée que l’expérience vient avec l’âge ».

« La fonction du Sénat, c’est le Conseil des anciens. Je suis d’ailleurs content de ne pas avoir fait sénateur plus jeune, on s’y ennuie », s’amuse Jean Desessard. « Les sénateurs sont plus bonhommes, moins fantasques, car ils ont l’habitude de serrer des mains. Et si le Sénat n’a pas la même vigueur que l’Assemblée, c’est parce qu’elle n’a pas la même fonction. N’est-il pas utile d’avoir une chambre plus mesurée, expérimentée, représentative d’une certaine sagesse ? »

Nos textes gardent une trace de cette distinction : il faut avoir au minimum 18 ans pour devenir député, mais six ans de plus pour être sénateur.

Parce qu’il faut convaincre ses pairs pour être élu

Ces arguments symboliques sont liés au mode d’élection. « Le suffrage universel indirect implique de convaincre ses pairs, c’est-à-dire l’ensemble des élus locaux et notamment les conseillers municipaux [qui constituent à 95 % le collège électoral] », avance Olivier Rouquan, politologue et constitutionnaliste. « Il y a donc une prime à l’expérience et à l’ancrage local, à l’enracinement dans un territoire. Il faut souvent avoir fait ses preuves en tant qu’élu, avoir une légitimité de notable. Travailler son réseau prend forcément du temps ».

« Dans les départements ruraux, la reconnaissance des pairs est importante », confirme le sénateur Jean Desessard. « On commence souvent comme maire, avant d’être conseiller général, et enfin vice-président du conseil. La fonction nationale est alors l’aboutissement d’un parcours sur la durée ».

Le recasage de politiques peut également faire augmenter l’âge moyen au palais du Luxembourg. « Cela peut exister, mais le recasage de figures politiques est plus facile sur les Européennes, à la proportionnelle », répond Olivier Rouquan. « D’ailleurs, l’âge moyen des sénateurs diminue au fil des élections, notamment après la décision de renouveler le Sénat par moitié tous les trois ans ». Cette moyenne pourrait encore baisser dimanche. L’âge moyen des candidats est de 54 ans et un mois.