Ouragan Irma: En déplacement dans les Antilles, Macron défend l'action du gouvernement

INTEMPERIES « Il n’était pas possible d’avoir une anticipation supérieure », a assuré le chef de l’Etat, après les critiques faites contre l’exécutif…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron a assuré mardi depuis Pointe-à-Pitre, face aux critiques sur la réaction de l'exécutif, que le gouvernement avait «répondu plusieurs jours avant» l'ouragan Irma.
Emmanuel Macron a assuré mardi depuis Pointe-à-Pitre, face aux critiques sur la réaction de l'exécutif, que le gouvernement avait «répondu plusieurs jours avant» l'ouragan Irma. — Christophe Ena

« L’anticipation a été complète ». Face aux critiques sur la réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron a assuré ce mardi depuis Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, que le gouvernement avait « répondu plusieurs jours avant » l’ouragan Irma.

Le gouvernement « a répondu dès que l’information a été donnée, donc plusieurs jours avant, et constamment tout au long de cette crise », a déclaré le président. « Il n’était pas possible d’avoir une anticipation supérieure », a assuré le chef de l’Etat, qui a confirmé un bilan de onze morts, et « plusieurs blessés et disparus » dans les Antilles françaises

« Favorable » à la création d’une commission d’enquête parlementaire

Le chef de l’Etat s’est dit « favorable » à la création d’une commission d’enquête parlementaire réclamée par la droite, la France insoumise et le Front national. Mais « le temps est à l’union nationale », « soyons dignes », a-t-il lancé.

>> A lire aussi : Les critiques à l'égard du gouvernement sur la gestion de la crise sont-elles justifiées?

« Ce que nous avons mis en place depuis le début de la crise, c’est l’un des plus grands ponts aériens depuis le début de la Deuxième guerre mondiale », a dit le président de la République pour qui le « retour à la vie normale » est la « priorité absolue ». « Au moment où je vous parle, il y a 1.900 forces de l’ordre et forces armées à Saint-Martin pour sécuriser l’île ». « Les moyens sont là, avec un retour à l’ordre public partout où nous avons connu des débordements inacceptables », a également déclaré Emmanuel Macron.

Une porte-parole de la gendarmerie a évoqué « 23 arrestations depuis le 7 septembre ». Le couvre-feu interdisant toute circulation entre 19h et 7h reste en vigueur à Saint-Martin jusqu’à mercredi.

Des « tentes gonflables » pour permettre d’assurer des cours

Emmanuel Macron a également estimé un retour de la distribution d’eau potable sur le territoire se fera « à partir du 20 », mais temporairement en « quantité moins importante que ce qu’il y avait avant l’ouragan ». Il a également promis que « d’ici la fin de semaine dans tous les points sensibles » l’électricité serait restaurée, notant que « 50 % des foyers » ont retrouvé le téléphone.

Enfin concernant les écoles, le chef de l’Etat a souhaité que certaines ouvrent « dès la semaine prochaine, même pour quelques heures ». Des « tentes gonflables » seront livrées pour permettre d’assurer des cours. Il vise un retour à la normale « d’ici à la Toussaint » pour l’ensemble des élèves.

Le rapatriement des sinistrés se poursuit

Les ponts aériens et maritimes ont repris pour évacuer les plus vulnérables et acheminer du fret et des vivres. Environ 85 tonnes de nourriture, un million de litres d’eau et 2,2 tonnes de médicaments ont déjà été transportés.

À Saint-Martin, la population se pressait ce mardi à l’aéroport pour quitter l’île. Des listes de tous ceux qui veulent partir seront « constituées », avec une priorité donnée « aux personnes les plus fragiles et dont les logements seraient inhabitables » a précisé le Premier ministre Edouard Philippe. Lundi, 278 rescapés sont arrivés à Roissy.

Air France a annoncé ce mardi la mise en place d’un vol supplémentaire jeudi entre Pointe-à-Pitre et Paris, en plus du vol quotidien, pour « renforcer le rapatriement des sinistrés ».