Marlène Schiappa annonce la future verbalisation du harcèlement de rue

SOCIETE « Les corps des femmes ne sont pas des biens publics », a lancé la secrétaire d’Etat…

C. Ape.

— 

La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa
La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa — MARTIN BUREAU / AFP

Ce mardi, sur le plateau de RMC/BFMTV, Marlène Schiappa a annoncé que le harcèlement de rue serait bientôt verbalisé. La secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a ainsi indiqué « être en train de travailler » sur ce dossier avec le ministre de l’Intérieur  Gérard Collomb.

« D’un côté il y a la séduction, consentie, et de l’autre l’agression sexuelle, un délit pour lequel les femmes peuvent porter plainte. Au milieu il y a une zone grise », a expliqué la secrétaire d’État. Et cette dernière de donner pour exemple : « vous êtes dans le métro, vous êtes une femme, un homme vous suit. Vous descendez, [il] descend. Vous remontez dans un autre métro, [il] remonte. [il] vous demande votre numéro de téléphone. [Il] vous redemande votre numéro de téléphone. Il vous reredemande votre numéro de téléphone. Vous vous sentez oppressée, c’est du harcèlement de rue. »

>> A lire aussi : Ce jour-là, elles ont osé répondre

Grâce à la future législation, un policier sera en mesure de verbaliser et de mettre une amende au harceleur, a souligné Marlène Schiappa, indiquant que la caractérisation de cette infraction sera faite par un groupe de travail parlementaire, « de la même manière qu’en son temps, les parlementaires ont caractérisé le harcèlement moral ».

« Les lois de la République française doivent dire qu’on ne tolère pas le harcèlement de rue et que les corps des femmes ne sont pas des biens publics », a-t-elle dit.

>> A lire aussi : Un chanteur de metal dénonce une agression sexuelle en plein concert: «Je t’ai vu lui tripoter les seins!»