VIDEO. Yerres: Nicolas Dupont-Aignan fait «raccompagner» des journalistes par la police municipale

YERRES La scène a été filmée par une élue socialiste...

M.C.
— 
Le président du parti Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, à la sortie du bureau de vote pour le second tour de l'élection présidentielle le 7 mai 2017, à Yerres.
Le président du parti Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, à la sortie du bureau de vote pour le second tour de l'élection présidentielle le 7 mai 2017, à Yerres. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Nicolas Dupont-Aignan agacé par les journalistes ?. Suivi par une équipe de télévision de France 2 pour un sujet sur le non-cumul des mandats, l’ancien maire de cette ville de l’Essonne et ancien candidat à l’élection présidentielle aurait fait appel à la police municipale pour faire « raccompagner » les reporters, rapporte le Parisien.

Selon le récit du journal, le député de l’Essonne, qui avait initialement accepté de répondre aux questions des journalistes au côté du nouveau maire de Yerres Olivier Clodong (DVD), aurait menacé d’appeler la police municipale alors qu’il était suivi depuis quelques minutes par une caméraman et un preneur de son.

« Ils se prennent pour le Petit journal sans en avoir le talent »

« Je n’y ai pas cru jusqu’à ce qu’il donne l’ordre de le faire, raconte un des journalistes de France 2 au Parisien. Cela ressemble à une entrave à la liberté de la presse. L’ancien directeur de cabinet nous a même menacé de nous faire mettre les menottes. »

>> A lire aussi : A Yerres, Nicolas Dupont-Aignan plombé par son soutien au FN

« C’est une décision prise avec Olivier Clodong, répond Nicolas Dupont-Aignan au journal. On a répondu à leurs questions mais nous étions ici dans un lieu clos. Dans la rue oui, là non », dit-il, ajoutant : « Je respecte les journalistes qui me respectent ». Selon lui, des membres d’associations se seraient plaints d’être enregistrés. « C’est un reportage à charge. Ils se prennent pour le Petit journal sans en avoir le talent », aurait encore déclaré le député souverainiste.

Une vidéo de la scène, diffusée sur les réseaux sociaux par une élue municipale PS, a abondamment fait réagir.