M'jid El Guerrab est «face à sa conscience» pour la suite de son mandat, estime Richard Ferrand

ASSEMBLEE Mis en examen pour «violences volontaires avec arme», le député a démissionné de La République en marche mais reste député pour l’instant…

20 Minutes avec AFP

— 

Le député LREM M'jid El Guerrab à l'Assemblée nationale.
Le député LREM M'jid El Guerrab à l'Assemblée nationale. — MARTIN BUREAU / AFP

« Il doit expliquer pourquoi il choisit de continuer ou d’arrêter. » Richard Ferrand, le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, a choisi de laisser M’jid El Guerrab « face à sa conscience » et surtout « face à ses électeurs » pour la suite de son mandat.

Elu de la 9e circonscription des Français de l’étranger, M’jid El Guerrab a violemment agressé la semaine dernière à coups de casque le responsable socialiste Boris Faure, lors d’une altercation à Paris. Il a été mis en examen pour « violences volontaires avec arme ».

Une tournée dans sa circonscription

Mardi, « il est allé devant les instances du parti La République en marche, où je ne siège pas, et il a mis sa démission sur la table, ce qui était plus simple pour tout le monde, y compris pour lui », a poursuivi Richard Ferrand.

Doit-il à présent démissionner de son mandat de député ? « Ça, c’est lui qui, en conscience, doit faire face aux électrices et aux électeurs de son territoire d’élection. Maintenant, il est non inscrit, il est avec sa conscience et face aux électrices et aux électeurs auxquels il doit expliquer pourquoi il choisit de continuer ou d’arrêter ».

Selon Marianne, M’jid El Guerrab aurait choisi de poursuivre sa carrière de député et devrait, d’ailleurs, entamer prochainement une tournée dans sa circonscription.