Code du travail: Incapable de choisir, le PS soutient la mobilisation de gauche mais n'appelle pas à manifester

NON-CHOIX Face aux manifestations contre la réforme du droit du travail menée par le gouvernement d'Edouard Philippe, le bureau national du PS a adopté la position la plus incommandante qui soit, le cul entre deux chaises...

G. N. avec AFP

— 

Karim Bouamrane (à gauche) et Rachid Temal, porte-paroles du PS, le 27 août 2017.
Karim Bouamrane (à gauche) et Rachid Temal, porte-paroles du PS, le 27 août 2017. — NICOLAS NICOLAS MESSYASZ/SIPA

On ne sait pas si la synthèse hollandaise a toujours cours rue de Solférino, mais ça y ressemble. Incapable de trancher, le bureau national du PS a décidé lundi d’afficher son « soutien » à toutes les initiatives syndicales contre la réforme du Code du travail mais sans appeler formellement à manifester le 12 septembre aux côtés de la CGT, de Solidaires et de la FSU.

>> A lire aussi : Mélenchon dénonce un «coup d'Etat social»

« Le PS, respectueux de l’indépendance syndicale, soutient toutes les initiatives syndicales contre la loi Penicaud en appelant à des démarches unitaires », a affirmé à l’AFP le numéro deux du parti Rachid Temal. « Le PS va éditer un tract national contre la loi Pénicaud et appelle ses fédérations à mener des actions de mobilisation », a-t-il précisé.

Participe ou ne participe pas ?

Au cours d’un point presse, l’un des porte-parole du PS, Karim Bouamrane, a précisé que les participants à ce BN avaient « été unanimes pour stigmatiser les ordonnances ». « Tous les socialistes qui souhaitent défiler le 12 sont les bienvenus, il y aura des responsables socialistes qui seront présents le 12 » mais « on regrette que le cortège ne soit pas unitaire » (FO et la CFDT n’ayant pas appelé à manifester), a-t-il souligné.

>> A lire aussi : «Il fallait mener la bagarre avant», réplique Jean-Claude Mailly à la CGT

Cette question de la participation ou non du PS à la manifestation du 12 septembre a suscité quelques remous ces derniers jours au PS. Vendredi, le président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale, Olivier Faure, a semblé trancher en annonçant que le PS n’appelait pas à manifester, contrairement à ce qu’avaient pu dire deux autres membres de la direction collégiale provisoire du PS, Luc Carvounas et François Kalfon. Mais Rachid Temal a rectifié quelques heures plus tard, rappelant que la décision définitive serait prise lundi soir lors de la réunion du bureau national.

Le mouvement du 1er juillet (M1717) a pour sa part annoncé lundi qu’il serait présent, probablement avec son fondateur, Benoît Hamon, à la manifestation du 12 septembre. Ce sera aussi le cas du Mouvement des Jeunes socialistes, proche de l’ancien candidat à la présidentielle socialiste.