Alain Juppé ne veut pas "redescendre dans l'arène".  / AFP PHOTO / Nicolas TUCAT
Alain Juppé ne veut pas "redescendre dans l'arène". / AFP PHOTO / Nicolas TUCAT — AFP

PARTI

Présidence des Républicains: Alain Juppé ne se «mêlera pas» de «l’élection»

«Je ne parraine aucun candidat», a assuré l’ancien Premier ministre sur son compte Twitter…

Il veut rester en dehors des débats. Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a annoncé ce lundi qu’il ne se « mêlerai [t] pas de l’élection à la présidence de LR », scrutin crucial pour le parti menacé de division en interne.

« Je ne me mêlerai pas de l’élection à la présidence de LR. Je ne parraine aucun candidat », a assuré l’ancien Premier ministre sur son compte Twitter. « Je serai attentif aux lignes rouges que j’ai tracées », a-t-il cependant mis en garde.

« La ligne rouge d’un conservatisme idéologique rétrograde »

Dans un billet de blog le 27 août, le premier président de l’UMP (devenue LR) en 2002, a fermement appelé la formation politique à ne pas franchir « certaines lignes rouges », notamment « celle de l’incompatibilité absolue avec le FN ». Des mises en garde similaires à celles adressées à Laurent Wauquiez par ses opposants, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, favori de l’élection, ayant répondu plusieurs fois qu’il ne ferait « pas d’alliance » avec le FN.

>> A lire aussi : Point fort, point faible, ligne politique… Qui sont les candidats (déjà) en lice?

Alain Juppé a également cité « la ligne rouge d’un conservatisme idéologique rétrograde » de « groupes qui ont une influence croissante dans la gouvernance du mouvement », dans une référence implicite au mouvement Sens commun, que Laurent Wauquiez considère comme « une composante de (la) famille politique ».

Ce lundi, c’est Valérie Pécresse qui a déclaré qu’elle n’excluait pas de quitter Les Républicains si Laurent Wauquiez en était élu président en décembre, fixant des « lignes rouges » tout en reconnaissant qu’il a apporté certains « gages ».