Code du travail: Macron tacle Hollande et ses déclarations dans la presse

POLITIQUE Le président n'a que moyennement apprécié les conseils de son prédecesseur...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande a demandé à son successeur à l'Elysée Emmanuel Macron d'éviter "des sacrifices pas utiles" en matière sociale, en marge d'une visite au Festival du film francophone d'Angoulême le 22 août 2017.
François Hollande a demandé à son successeur à l'Elysée Emmanuel Macron d'éviter "des sacrifices pas utiles" en matière sociale, en marge d'une visite au Festival du film francophone d'Angoulême le 22 août 2017. — Alfonso Jimenez/Shutter/SIPA

Des petites piques glissées tous azimuts. Dans un long entretien au Point publié jeudi, le président français a développé sa pensée et ses projets pour la France, sans oublier de régler quelques comptes. Le Figaro, propriété de Serge Dassault, a ainsi eu droit à une remarque sur la consanguinité entre « une partie des industriels » de la défense « et la presse ». Et Emmanuel Macron n’a pas non plus oublié François Hollande.

>> A lire aussi : Ce qu'il faut retenir de l'entretien d'Emmanuel Macron au «Point»

L’ancien président, qui a fait savoir qu’il n’avait pas renoncé à la politique, avait adressé mi-août une mise en garde à son successeur à propos de la réforme du code du travail. « J’ai du respect pour François Hollande », répond Emmanuel Macron. « Je pense qu’il y a eu de bonnes mesures économiques et sociales lors du précédent quinquennat, et j’espère y avoir contribué », souligne l’ancien conseiller et ministre de l’ex-président socialiste.

« Risque de créer des ruptures »

« Mais il serait étrange que l’impossibilité qui a été la sienne de défendre son bilan devant les Français puisse motiver une tentation, durant les années qui viennent, de le justifier devant les journalistes », fait valoir le président de la République.

Un peu plus de trois mois après son départ de l’Elysée, François Hollande avait prévenu son successeur qu’il « ne faudrait pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles » ni « flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait, au risque de créer des ruptures ». Le gouvernement va présenter jeudi ses ordonnances réformant le code du travail.