Macron défend son action à la tête d’un pays «pas réformable»

POLITIQUE Selon Emmanuel Macron, « la France n’est pas un pays réformable » parce que « les Français détestent les réformes »…

A.B. avec AFP

— 

Selon Emmanuel Macron, « la France n’est pas un pays réformable » parce que « les Français détestent les réformes ».
Selon Emmanuel Macron, « la France n’est pas un pays réformable » parce que « les Français détestent les réformes ». — Daniel MIHAILESCU / AFP

« La France n’est pas réformable » mais a fait le choix « un peu fou » d’un homme politique nouveau et peut adhérer à « une transformation en profondeur pour mener un combat plus grand qu’elle » : à Bucarest, Emmanuel Macron a défendu avec passion ses réformes.

"Les Français détestent les réformes"

« La France n’est pas un pays réformable. Beaucoup ont essayé et n’y ont pas réussi, car les Français détestent les réformes. Dès qu’on peut éviter les réformes, on le fait », a-t-il commenté devant la communauté française de Bucarest, lors d’une visite en Roumanie.

>> A lire: 100 jours de Macron: «Un début de mandat en demi-teinte»

« Il faut lui proposer de se réformer pour répondre à un chiffre, ou une contrainte ? Notre pays n’est pas fait ainsi. Mais se transformer en profondeur pour retrouver le destin qui est le sien, emmener l’Europe vers de nouveaux projets », « porter l’universalisme »… «ça, c’est un combat qui fait rêver les Français », a-t-il poursuivi, dans un discours aux accents de campagne.

« Nous y parviendrons. Car les Français ont fait le choix un peu fou d’un mouvement politique nouveau, d’une personnalité politique qui n’existait pas dans leur quotidien depuis longtemps », a-t-il dit.

« Chacun doit être dans son rôle »

« Ce n’est pas un désir personnel, c’est la raison de l’histoire profonde. Nous allons réussir, dans les années qui viennent, à porter la voix du monde libre. Ce n’est rien moins que cela l’agenda des prochaines années », a-t-il conclu.

Au cours d’une tournée en Europe de l’Est pour promouvoir un durcissement de la directive européenne sur le travail détaché, Emmanuel Macron a aussi réaffirmé qu’il voulait d’ici la fin de l’année proposer une « feuille de route » pour « refonder l’Europe » sur les 5 à 10 ans à venir, en y associant tous les pays qui voudront accentuer leur convergence.

« Faire une rentrée en Europe prend tout son sens car nous ne pouvons transformer le pays que pour lui redonner son vrai leadership européen », a-t-il ajouté.

« Chacun doit être dans son rôle », avait-il précisé lors d’une conférence de presse dans l’après-midi avec le président roumain : « Il y a des ministres qui portent les réformes, un Premier ministre qui les explique, mon rôle est de redonner le sens d’ensemble et la cohérence entre les projets français et européen ».