François Hollande, un «retour» bien orchestré… Et qui pourrait durer

COMMUNICATION  L’ancien président de la République compte se faire entendre…

N.R.

— 

Si ce n'est pas un plan com', ça y ressemble fortement. (Photo: François Hollande à Angoulême le 22 août 2017).
Si ce n'est pas un plan com', ça y ressemble fortement. (Photo: François Hollande à Angoulême le 22 août 2017). — COLLET GUILLAUME/SIPA
  • François Hollande multiplie les interventions depuis quelques jours.
  • Il ne compte pas laisser Emmanuel Macron s’arroger « son » bilan économique.
  • L'ancien chef d'Etat ne ferme pas la porte à un retour dans l’arène politique.

Il est de retour. Après une pause médiatique, François Hollande a décidé de faire sa rentrée par étape. Une déclaration sur la réforme du Code du travail par-ci, une interview télévisée pour dire qu’il ne se retire pas de la vie politique par-là. Sans oublier la parution d’un livre (c’est aussi la rentrée littéraire) la semaine prochaine, qui dévoilera les confidences de l’ancien président sur… Emmanuel Macron.

Le « plan com’ » est donc lancé, et comme toujours, le timing n’est pas anodin. « François Hollande voit très bien que la presse parle de la France qui redémarre, de la confiance qui revient, explique François Massardier, professeur de communication politique à Sciences-Po Toulouse et fondateur d’une société de conseil. S’il laisse s’installer l’impression que tout cela est dû à Emmanuel Macron, il disparaîtra rapidement des radars. »

>> Lire aussi : L'inversion de la courbe du chômage promise par François Hollande a-t-elle eu lieu ? 

L’avenir en suspens

Analyse confirmée par l’interview de Stéphane Le Foll mercredi. Très proche de François Hollande, il s’est insurgé contre le « coup de l’héritage » d’Edouard Philippe et d’Emmanuel Macron. « Dire "on est obligé de faire des sacrifices parce qu’il y a une situation qui est complètement dégradée", ne tient plus. S’il y a des sacrifices qui sont demandés c’est parce qu’il y a d’autres raisons, politiques », a affirmé le député socialiste.

Une fois la rentrée annoncée, la question de l’avenir se pose pour François Hollande. « Il y a un espace à occuper, note François Massardier. Benoît Hamon a quitté le PS et se rapproche des écologistes, et des socialistes ont rejoint La République en marche ». Reste donc une partie de la gauche « à qui François Hollande a besoin de parler ». Jusqu’à devenir un «  tonton frondeur », comme l’a surnommé Paris Match ?

Méfiance au PS

Pas si sûr. D’abord, parce qu’au sein même du PS, on ne se réjouit pas forcément de ce retour médiatique. « Je souhaite que toutes celles et ceux qui ont envie de participer au renouveau de la gauche puissent y participer (…) mais il ne faut pas que quiconque cherche à préempter cette renaissance », a averti Olivier Faure (député « Nouvelle gauche ») sur franceinfo.

Ensuite, pas sûr que François Hollande lui-même ait très envie de revenir dans l’arène politique. « Je ne suis pas sûr qu’il ait une stratégie extrêmement précise, note François Massardier. Plutôt que d’aller mettre ses mains dans la tambouille à gauche, il a plutôt intérêt à attendre que ça passe. Mais il va continuer à alimenter les journalistes ». François Hollande deviendra-t-il alors un frondeur masqué ?