Livre: Jean-Marie Le Pen devrait publier ses mémoires début 2018

SOUVENIRS L'homme politique a fini le premier tome de ses mémoires cet été, assure «Le Parisien»...

O. G.

— 

Jean-Marie Le Pen, en juin 2017 à Nanterre.
Jean-Marie Le Pen, en juin 2017 à Nanterre. — YANN BOHAC/SIPA

A 89 ans, Jean-Marie Le Pen n’a pas l’intention de prendre sa retraite. Selon les informations du Parisien, le fondateur du Front national a enfin réussi à achever le premier tome de ses mémoires. Un ouvrage qu’il a mis cinq ans à écrire. Mais son entourage l’assure au quotidien, « il n’y touchera plus. C’est prêt ! »

Une parution prévue pour début 2018

En tout, 500 pages qui retracent l’enfance du célèbre homme politique. Ce premier tome se penche sur le parcours de Jean-Marie Le Pen, depuis sa naissance jusqu’en 1972, année de la création du FN. Un livre qui devrait, selon les informations de nos confrères, paraître en janvier ou février 2018.

En revanche, il n’aurait pas encore choisi de maison d’édition. Certains de ses proches avaient confié il y a quelques semaines que Jean-Marie Le Pen ferait face à quelques réticences de certaines maisons d’édition…

Et celui qui s’est présenté cinq fois à l’élection présidentielle ne souhaite pas tenir ses lecteurs trop en haleine : il aurait déjà bien avancé le tome 2 de ses Mémoires. Un été très prolifique donc pour le patriarche.

Fan de House of Cards

Il s’est tout de même accordé quelques pauses loisirs. Selon son conseiller presse, Lorrain de Saint Afrique, contacté par Le Parisien, l’énergique homme politique « s’est passionné tout l’été pour House of Cards. C’est forcément qu’il prépare quelque chose… ».

Affaire à suivre, car le bras de fer juridique et affectif entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine, va se poursuivre ces prochains mois. En effet, le procès en appel de son exclusion du FN devrait se tenir début décembre. Une saga familiale qui sans doute sera un jour couchée sur le papier par le fondateur du FN.

>> A lire aussi : VIDEO. Jean-Marie Le Pen accuse sa fille de «paranoïa» et sa petite-fille de lâcheté